Clijsters revient sans pression : "Peut-être que je ne gagnerai aucun match"

Clijsters revient sans pression : "Peut-être que je ne gagnerai aucun match"
Clijsters revient sans pression : "Peut-être que je ne gagnerai aucun match" - © PATRICK HAMILTON - BELGA

Kim Clijsters, freinée par une blessure au genou, refoulera les courts en mars à Monterrey. Depuis l’annonce de son deuxième "Kimback", la Limbourgeoise avait été plutôt discrète dans les médias. Juste après le passage à l’an neuf, elle est sortie de son silence dans les colonnes du Telegraph. Entre humour et réalisme, l’ex-N.1 mondiale évoque ses attentes.

"Peut-être que je ne gagnerai aucun match, mais je vais de toute façon faire de mon mieux", lance sans détour notre compatriote au quotidien britannique. Une manière aussi d’évacuer une inévitable pression. A 36 ans et après huit années loin du circuit WTA, Kim n’a plus rien à prouver. Elle veut juste prendre du plaisir. "Cela sera différent de mes premières carrières. Je ne vais pas jouer beaucoup de tournois. Je vais choisir en fonction des enfants et de l’école", explique Kim, maman de trois enfants.

Clijsters ne voit pas son retour comme un "one shot" et l’imagine sur le long terme. "En fonction de mon corps, je veux encore joueur deux, trois ou quatre ans. Je vais voir comment je vais digérer les matches et de combien de temps j’aurais besoin pour récupérer entre les tournois".

L’idée même d’un retour a fait lentement son chemin. Elle a germé dans son esprit depuis presque un an. "Je disputais le tournoi des légendes en Australie. J’avais 35 ans et j’ai pensé : 'Roger (Federer), Venus et Serena (Williams) sont encore sur les terrains, pourquoi je n’essaierais pas (de revenir)' […] Après cela, j’ai contacté mon coach et je lui ai demandé si c’était possible à mon âge et après trois enfants. C’est comme ça que l’idée à commencer à grandir."

Jada, sa fille de 11 ans, a ensuite donné la dernière impulsion nécessaire. "Elle m’a dit que je devais à nouveau jouer au tennis. Un jour à l’échauffement, elle m’a dit que je paraissais avoir dix ans de plus que Venus. Vraiment ? Merci Jada. Quand j’ai raconté ça à Venus, elle a bien ri. Moi, j’avais ma motivation".

Sur un circuit féminin en mal de patronnes, Kim va attirer tous les regards. Ses premiers coups de raquette seront aussi attendus que scrutés. Elle revient pour le plaisir et sans pression. Et honnêtement, on l’imagine mal ne gagner aucun match.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK