Benoît Paire : "J'adore la Belgique, j'aime les joueurs belges..."

Sébastien Grosjean (co-organisateur du tournoi d'Anvers), Benoît Paire, David Goffin, Steve Darcis
Sébastien Grosjean (co-organisateur du tournoi d'Anvers), Benoît Paire, David Goffin, Steve Darcis - © DIRK WAEM - BELGA

Le Français Benoît Paire, 39e mondial, ex-18e mondial, était présent à Anvers lors de la première édition du tournoi, en 2016. Il est de retour en 2017. Il aime cette épreuve, et il aime la Belgique. Il aimerait jouer en Coupe Davis, aussi, mais il sait que la finale France/Belgique, il la regardera à la télévision...

Benoît, la Belgique a récupéré un tournoi ATP, l'année dernière. Vous, vous avez beaucoup de tournois en France. C'est important, de permettre au public de voir les joueurs en vrai ? Et pour un joueur, c'est important de pouvoir jouer de temps en temps un tournoi à la maison ?

Bien sûr, c'est important. En plus, quand on a un joueur comme David Goffin, qui est dans les 10 premiers mondiaux, c'est bien de pouvoir le voir jouer à domicile. Nous, les Français, on adore jouer à Roland-Garros, à Paris-Bercy, Marseille, Montpellier, Metz. Ce sont des ambiances particulières, on a le soutien du public, c'est très important. Pour vous, en Belgique, c'est cool d'avoir un tournoi à la maison.

C'est la deuxième édition du tournoi d'Anvers. Après la première, les organisateurs vous ont demandé votre avis, sur ce qui pouvait être amélioré ?

Je suis proche de Sébastien Grosjean, le co-organisateur du tournoi. Il est venu nous voir, pour nous demander ce qui pouvait être fait, pour que le tournoi évolue dans le bon sens. L'avis des joueurs est très important, et on a vu qu'ils avaient écouté nos conseils. C'est bien pour nous, pour le tournoi, et pour les spectateurs. Les joueurs sont revenus cette année, ce qui est un signe. Le plateau, cette année, est très relevé. Cela veut forcément dire que le tournoi a les moyens, et peut faire quelque chose de grand. Je suis très content pour la Belgique, parce que c'est un pays que j'adore...

Ah oui ?

Je me sens très bien ici. Chaque fois que je viens, je suis très bien accueilli. C'est très important, et je suis content de revenir ici pour la deuxième édition. J'ai joué toutes les éditions, pour l'instant (sourire)...

Il y a des joueurs belges avec lesquels vous vous entendez plus particulièrement ?

Oui, j'aime beaucoup David, j'aime beaucoup Steve. J'ai joué en équipe avec lui, et on a joué pas mal de doubles ensemble. Ce sont des mecs que j'apprécie. Ils sont très sympas, simples, naturels. C'est ce que j'aime. Et on parle français, c'est un avantage.

Nous, on pense déjà beaucoup à la finale de la Coupe Davis. Vous, vous voyez ça de très loin ?

C'est quelque chose de très important, pour nous. Cela fait plusieurs années qu'on joue la victoire, mais qu'on est arrêtés par des équipes qui sont un peu au-dessus de nous. La France attend une victoire en Coupe Davis depuis très longtemps. Ca va être quelque chose d'exceptionnel. On a envie de gagner, ça va être à la maison, ça va être un super-spectacle. Moi, je verrai ça de loin. J'espère que le meilleur va gagner, c'est le plus important.

Vous n'avez pas le petit espoir secret de jouer, vous n'êtes pas à la porte de l'équipe de France ?

Non non, je ne suis pas à la porte de l'équipe, et il n'y a pas le petit espoir secret, caché, très loin dans ma tête. Moi je sais très bien ce que je fais, je vais faire ma saison, je vais essayer de la finir le mieux possible, et après Bercy, ma saison s'arrêtera.

C'est une motivation, pour l'année prochaine, ou pour l'année d'après, cette Coupe Davis, malgré tout ?

Bien sûr. Pour moi, c'est un rêve de pouvoir la jouer. C'est quelque chose que j'ai toujours voulu. Mais pour l'instant j'en suis très loin. Et c'est vrai que même en étant mieux classé que certains joueurs, à certains moments, je n'ai pas été sélectionné. Ca montre là où j'en suis. Mais oui, c'est un objectif. J'espère faire une très belle saison 2018, pour moi. Et ensuite, si je peux être sélectionné en équipe de France, ce sera top...

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK