"Appeler Michaël Llodra est une démarche intelligente"

Il l'a officiellement confirmé hier (tout en annonçant sa retraite), le Français Michaël Llodra a accepté d'aider l'équipe belge de Coupe Davis avant et pendant la finale, face à la Grande-Bretagne, à la fin du mois.  Il sera consultant, essentiellement pour le double, le point-clef de cette finale.  Llodra a été 3e mondial en double, et a gagné 3 tournois du Grand Chelem dans cette discipline.  Autant dire que ses conseils seront précieux.

Ecoutez le désormais ex-joueur français, et quelques autres réactions...

Michaël Llodra : "Ce serait une belle histoire"

"Dans un premier temps, j'ai été contacté par Steve Darcis. C'est un très bon pote, et on se parle souvent. Je me souviens d'une fois où j'étais au bord des larmes, au téléphone, quand je lui avais parlé de mes mésaventures de l'année dernière en matches par équipes. Je lui ai raconté tellement de choses qu'il m'a dit que ce serait top de pouvoir aider l'équipe belge. Mon expérience, le fait que je connaisse le double, pouvaient aider. Il en a parlé à l'équipe et au capitaine, et ça a fait son petit bonhomme de chemin. J'ai eu un coup de fil de Johan, et j'ai dit "banco" tout de suite. Parce que dès qu'on touche aux valeurs de la Coupe Davis, à l'esprit d'équipe et au partage, moi ça me parle, même si je représenterai la Belgique. Pour moi, c'est plus une aventure humaine. C'est évident que j'aurais préféré vivre ça avec l'équipe de France, mais ça reste un super-challenge. Je vous assure que je ne l'aurais pas fait avec toutes les équipes. Je l'ai fait parce que je suis très pote avec Steve et David et que ça serait une petite histoire, quand même, si j'arrivais à remporter cette compétition, même en temps que sparring, ou consultant. Ca me ferait sourire.

Je compte parler avec les mecs, pour leur faire partager toutes mes expériences, et bien évidemment préparer le double. Aujourd'hui, les Belges ont conscience que le point du double sera plus que déterminant. Clairement, il faut faire un trait sur les 2 points de Murray. Ils se doivent de remporter les 2 points contre le numéro 2, et le point du double. Je connais bien l'équipe adverse aussi, et il y a un gaucher. Donc il y a pas mal de choses qui faisaient que ce n'était pas mal de faire appel à moi."

David Goffin : "la personne idéale pour nous aider"

"Parfois, en simple, c'est tellement instinctif, que l'on sait directement comment on joue, tactiquement. C'est très clair dans notre tête. Mais en double, ça ne l'est pas forcément. On ne sait pas trop où se positionner, c'est très différent. Et d'avoir quelqu'un qui vient nous dire ce qu'il faut faire, comment se placer, ça clarifie les choses dans notre tête. On sait exactement ce qu'on doit faire. C'est le plus important, quand on joue un double, avoir les idées claires. Un consultant ne peut faire que nous aider. Ca reste un jeu d'instinct, mais quand on a un schéma en tête avant de jouer un point important, on est bien plus sereins parce que l'on sait ce que l'on veut faire. Quand on n'a pas l'habitude de jouer beaucoup de doubles, ce n'est pas facile. Michaël Llodra a été un joueur exceptionnel en double et il peut être la personne idéale pour nous aider."

Ananda Vandendooren, entraîneur de l'équipe belge de Coupe Davis : "un petit plus en finale"

"On voulait trouver quelqu'un qui soit vraiment un spécialiste du double, parce que chaque point de la finale va être vraiment important, et notamment celui du double. Michaël Llodra, c'est quelqu'un qui a eu une carrière incroyable, qui a vécu une finale de Coupe Davis, qui a vécu des grands matches, qui a gagné des Grands Chelems en double. On voulait avoir son expérience, pour peut-être apporter un petit plus pendant la rencontre."

Guy Forget : "ils progresseront forcément"

"On est dans un sport professionnel, où chacun essaye de se préparer le mieux possible, avec les gens compétents. "Mica" a vécu des finales de Coupe Davis, il a l'expérience, et il a la science du double, et il va les partager avec ses copains. Au-delà de l'aspect professionnel, il a des amis dans l'équipe belge. Donc il va transmettre son expérience. Est-ce que ça va suffire, je n'en sais rien. Mais il faut saluer l'initiative du capitaine belge, qui se demande si l'équipe peut, en quelques semaines, encore s'améliorer en double. C'est intelligent, je trouve, comme démarche. Après, "Mica" ne peut pas non plus transformer ces joueurs en excellents joueurs de double. Il va voir chez eux ce qui est peut-être négligé. Il va s'assurer qu'il n'y ait pas de grosses erreurs commises. Il ne peut pas tout à coup les transformer en frères Bryan. Mais avec du travail, ils progresseront forcément. Dans quelle mesure, je ne sais pas."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK