Halep, N.1 mondiale, pense que Mertens sera "très dangereuse" à l'avenir

Simona Halep
Simona Halep - © PETER PARKS - AFP

"Je suis quasiment morte. La seule chose dont j'ai envie, c'est d'un chocolat chaud et d'aller dormir." Simona Halep (WTA 1) a dû puiser au plus profond de ses ressources pour se qualifier samedi pour les huitièmes de finale à l'Open d'Australie au détriment de l'Américaine Lauren Davis (WTA 76). Dans la Rod Laver Arena, la Roumaine, 26 ans, finaliste à Roland-Garros l'an dernier, s'est imposée 4-6, 6-4 et 15-13 au terme d'un combat épique de 3h44, le troisième match féminin le plus long de l'histoire du tournoi, après avoir sauvé trois balles de match à 11-10, 0-40.

"Ce fut un match terriblement éprouvant", confia-t-elle. "Je ne sais pas combien de kilomètres j'ai couru sur le court. Je n'avais jamais disputé un troisième set qui avait dépassé le 6 dans un tournoi du Grand Chelem. Honnêtement, quand elle a hérité de ces trois balles de match, j'ai cru que c'était terminé. Maintenant, cela a peut-être eu du bon, car mon bras s'est relâché et j'ai très bien servi à ce moment-là. Ensuite, elle a appelé le kiné et j'ai repris du poil de la bête. Et à 13-13, je me suis dit que j'allais gagner, car c'est mon chiffre porte-bonheur."

En quarts de finale, Simona Halep rencontrera une autre jeune qui monte sur le circuit WTA, à savoir la Japonaise Noami Osaka (WTA 72), 20 ans. Il y a d'ailleurs beaucoup de nouveaux visages qui apparaissent à Melbourne. L'Estonienne Kontaveit, la Tchèque Allertova. Et bien sûr, Elise Mertens.

La Roumaine, N.1 mondiale, a évoqué la Limbourgeoise de 22 ans. "Je la connais depuis un an ou deux. J'ai commencé à la suivre lorsqu'elle s'est mise à gagner plusieurs matches consécutivement. Je trouve que c'est une joueuse qui est très dangereuse et également une belle athlète", raconta-t-elle. "Je pense qu'elle peut développer un tennis de très haut niveau. Et je suis convaincu qu'elle signera d'excellents résultats dans le futur."