Sordo surgit en tête en Sardaigne, trois grosses chaleurs et une septième place pour Neuville

L'Espagnol Dani Sordo (Hyundai i20 Coupé WRC) occupe la tête du Rallye de Sardaigne, huitième épreuve du Championnat du Monde des Rallyes, au terme des huit spéciales disputées ce vendredi.

Après l'annulation de l'ES7, le classement général était en suspens en attendant la décision des commissaires de course. Le verdict est à présent tombé : Dani Sordo compte 10.8 secondes d'avance sur le Finlandais Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC), deuxième, et 11.2 secondes d'avance sur l'Estonien Ott Tanak (Toyota Yaris WRC), troisième.

Le Norvégien Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 Coupé WRC) est quatrième à 20.2 secondes, le Gallois Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) cinquième, un dixième de seconde plus loin (20.3 secondes).

Après avoir vécu une journée extrêmement compliquée, Thierry Neuville (Hyundai i20 Coupé WRC) pointe ce vendredi soir à la septième place, à 57.7 secondes de son coéquipier espagnol, et à 28.2 secondes de la sixième position occupée par le Nord-Irlandais Kris Meeke (Toyota Yaris WRC).

Le pilote belge, auteur d'un mauvais choix de pneus en matinée, a également vécu un après-midi difficile : dans l'ES6, après avoir reçu trop tard une note de son copilote Nicolas Gilsoul, qui jetait un œil sur la pression des pneus parce qu'il pensait avoir crevé, le pilote belge est parti à la faute, et est resté bloqué durant une dizaine de secondes dans un fossé avant de pouvoir reprendre la route, avec un radiateur percé.

Après avoir bouché les trous en liaison, l'équipage belge a repris la route pour signer, dans la foulée, son premier scratch du week-end dans l'ES7, annulée après le passage de trois concurrents (Ott Tanak, Thierry Neuville et Elfyn Evans) pour permettre aux services de secours de venir à la rescousse d'un spectateur.

Mais dans la spéciale suivante, à cause de pneus à l'agonie, Thierry Neuville s'est fait deux grosses chaleurs et a encore perdu une grosse vingtaine de secondes dans l'aventure.

La première spéciale de l'après-midi a également mis fin aux espoirs de victoire de Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC), alors leader de l'épreuve : le Finlandais a couché sa voiture sur le flanc et a perdu plus de huit minutes dans l'aventure, ainsi que son pare-brise. Il a ensuite été contraint à l'abandon dans la dernière spéciale du jour, après une nouvelle sortie de route.

Samedi, deux boucles de trois spéciales, dont les gros morceaux de Monti Di Ala' et Monte Lerno, figurent au menu des équipages, pour un total de 142.42 kilomètres à disputer contre le chrono.

Le résumé de la matinée : Latvala en tête, abandon d'Ogier

Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC), le pilote le plus expérimenté du plateau, avait profité du tête-à-queue dans l'ES4 de son compatriote Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC), leader autoritaire après les deux premières spéciales de la journée, pour s'emparer de la tête de l'épreuve.

Jean-Marie comptait vendredi midi 2.8 secondes sur son coéquipier Ott Tanak (Toyota Yaris WRC), qui allait devoir ouvrir la route après l'abandon de Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC).

Le Français, qui en tant que leader du Championnat du Monde, devait s'élancer en premier et balayer pour ses adversaires, avait été la principale victime de la matinée. Le pilote Citroën avait heurté un gros rocher dès le départ de la dernière spéciale de la boucle matinale et cassé une biellette de direction.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK