WRC Croatie : L'image, la surprise, la déception... 5 faits marquants du rallye

Le Français Sébastien Ogier (Toyota) a arraché pour six dixièmes la victoire au Rallye de Croatie au Britannique Elfyn Evans (Toyota), s'emparant de la tête du championnat du monde (WRC) après cette 3e manche de la saison.

C'est le 3e plus faible écart entre le 1er et le 2e depuis la création du WRC en 1973. Notre compatriote Thierry Neuville (Hyundai) a récolté la troisième place.

Retour sur les principaux faits marquants du week-end croate.

La spéciale du week-end

Après un excellent début de rallye, Thierry Neuville occupait la tête de l'épreuve au moment d'entamer la deuxième journée. La première spéciale de samedi, l'ES9 Mali Lipovec - Grdanjci 1, a assurément constitué un tournant de la course... si pas le tournant.

Suivant les recommandations préconisées par le manufacturier unique Pirelli, le team Hyundai a conseillé à ses pilotes d'embarquer des pneus softs et des pneus hards. Un mauvais choix. Les Toyota ont opté pour les hards uniquement et les performances s'en ressentent.

Neuville a concédé 12 secondes dans l'ES9 et ensuite 14 secondes dans l'ES10. De chassé, il est devenu chasseur, perdant tout le bénéfice d'un excellent vendredi. Malgré un jusqu'au boutisme exemplaire, il ne parviendra pas à boucher l'entièreté de l'écart le séparant des deux premiers.


►►► À lire aussi : Andrea Adamo : "C'est le Neuville le plus tranquille et concentré que j'ai connu, mais on a détruit sa course"


La surprise du week-end

A côté des deux meilleurs chronos réalisés par Takamoto Katsuta (ES10 et ES14), il faut pointer la performance générale d'Adrien Fourmaux. Le Français, au volant de sa Ford, disputait son tout premier rallye en WRC et il a été totalement à la hauteur.

Copiloté par le Belge Renaud Jamoul, le pilote de 25 ans a parfaitement rempli sa mission : prendre ses marques, réaliser quelques bons chronos (deux deuxièmes temps et pratiquement toujours dans le top 5) et arriver au bout de l'épreuve.

Avec, à la clé, une superbe 5e place finale malgré une grosse chaleur et la perte d'une minute dimanche matin (ES18). Fourmaux apprend vite et bien, on le reverra très certainement.

La déception du week-end

Les Toyota et les Hyundai sont proches, certes, avec peut-être un léger avantage pour les Toy. Les pilotes Hyundai doivent donc se donner à fond et exploiter au maximum leur bolide. C'est le cas de Neuville, qui ne s'est incliné que de quelques secondes ce week-end, récoltant sa troisième troisième place de la saison.

Ott Tanak (4e) et Craig Breen (8e) ont par contre plus de difficultés à bord du bolide sud-coréen. L'Estonien a vite compris qu'il ne pourrait jouer la gagne, assurer la quatrième place était devenu la meilleure solution. L'Irlandais, probablement en manque de rythme, n'a pas affiché un niveau suffisant.

Les deux hommes ne sont pas totalement confiance dans la voiture lorsque le grip n'est pas le plus lisible. Ils ont toutefois récolté des points dans la Power Stage : Breen 4 (2e place) et Tanak 1 (5e place).

La confirmation du week-end

Elfyn Evans. Ce pilote discret et chevronné de 32 ans a loupé la couronne mondiale lors de la dernière manche la saison dernière. Il est reparti sur d'excellentes bases en 2021 avec la deuxième place au Monte-Carlo, la 5e à l'Arctic Rallye et la 2e ce week-end.

Il a à nouveau livré une épreuve d'excellente facture, accélérant encore le rythme dimanche matin, à l'entame de la dernière journée. Rarement hors du top 3 dans les spéciales, il semble en symbiose parfaite avec sa Toyota, malgré sa position de conduite inhabituelle.

Battu pour seulement six dixièmes par son équipier Ogier, il va peut-être finir par faire un complexe, qu'on ne lui souhaite pas, dans les moments importants (face à Neuville en Argentine en 2017, la perte du titre l'an dernier et la victoire qui lui échappe en Croatie).

L’image du week-end

Kalle Rovanpera semblait bien parti pour recevoir ce prix. En effet, le Finlandais de 20 ans, plus jeune pilote de l'histoire à mener le championnat du monde, est parti à la faute après seulement quatre kilomètres dans la toute première spéciale de l'épreuve.

Mais Ogier a fait encore plus fort dimanche. Avant d'entamer la dernière journée, sur la liaison dans le routier, le Français est impliqué dans un accident, le champion en titre finissant par s'éclipser pour arriver à temps au départ de l'ES17.

La Toyota a été touchée, mais a pu poursuivre l'épreuve. Pris par les émotions et plus lent qu'Evans, Ogier a cédé sa 1ère place provisoire... qu'il finira par récupérer dans la toute dernière spéciale du parcours. Un dimanche mouvementé qu'il ne risque pas d'oublier tout de suite.


►►► À lire aussi : Ogier s'excuse après son accident, mais écope de deux amendes


Et la suite...

En quête d'un huitième titre de champion du monde, Ogier a récupéré la première place générale au championnat. Avec 61 unités, il devance Neuville (53), Evans (51), Tanak (40) et Rovanpera (39).

Après l'asphalte des Balkans, les pilotes ont désormais rendez-vous sur la terre du Portugal du 20 au 23 mai, pour la quatrième manche sur les douze prévues cette saison.

1 images
WRC Croatie : Sébastien Ogier, Thierry Neuville et Adrien Fourmaux © Belga Image / Hyundai Motorsport
Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK