Travail, prudence, plaisir et expérience : Bedoret et de Mévius découvrent le Tour de Corse

Cette semaine, deux jeunes pilotes belges vont découvrir les spéciales sinueuses du Tour de Corse : le pilote du RACB National Team Guillaume de Mévius (Citroën C3 R5), 24 ans, et le pilote officiel de Skoda Belgique, Sébastien Bedoret (Skoda Fabia R5), 23 ans. Tous deux sont engagés en WRC2, l'antichambre du WRC, et auront le même objectif : rallier l'arrivée dimanche pour emmagasiner un maximum d'expérience.

Les deux hommes ont une connaissance très limitée du plus haut niveau, puisque Guillaume de Mévius n'a pris part qu'à quatre épreuves du Championnat du Monde jusqu'à présent (deux fois le Monte Carlo en R5, deux fois la Catalogne en R2), alors qu'il s'agira du deuxième départ en Mondial de Sébastien Bedoret, après l'Allemagne en 2018.

"On est ici pour prendre de l'expérience, on n'a jamais rencontré des routes de ce genre, c'est fort sinueux, a développé Sébastien Bedoret au micro d'Olivier Gaspard, l'envoyé spécial de la RTBF en Corse. Tout saute très vite, tout est à l'aveugle, c'est vraiment un autre style de pilotage ! Il y a beaucoup de travail qui nous attend ce week-end, notamment au niveau des notes. On aura pour seuls objectifs d'apprendre, et d'être à l'arrivée. Mais c'est sûr qu'on regardera également les classements, pour voir si au fil du week-end, on réussit à réduire l'écart par rapport aux leaders. C'est un plaisir de pouvoir rouler sur des routes pareilles, et c'est sûr qu'on va prendre un maximum de plaisir ! Freddy Loix, mon coach, m'a prévenu que ce rallye allait être très compliqué, et qu'il fallait absolument être au bout pour engranger un maximum d'expérience, et faire tous les kilomètres nécessaires pour être performants l'année prochaine."

Guillaume de Mévius : "Une course atypique, il y a du boulot !"

"Le contexte dans lequel on roule ici est vraiment incroyable, a pour sa part précisé Guillaume de Mévius. On n'a malheureusement jamais pu disputer cette course : l'année passée, nous sommes venus, mais on a eu un petit problème (une sortie de route lors des essais, NDLR), et on n'a pas pu prendre le départ. C'est un magnifique rallye ! Les routes sont très étroites, avec beaucoup de gravier, de changements de rythme... C'est vraiment une course atypique, et difficile à appréhender. Il y a du boulot, et on a beaucoup à apprendre ! Au Monte-Carlo, cela s'était bien passé, mais cela avait mal fini (avec un abandon alors qu'il jouait le podium en WRC2, NDLR), ici, on va donc essayer de bien finir et d'être plus réguliers sur la progression : commencer le rallye calmement, arriver au bout, prendre du plaisir et essayer d'être au fur et à mesure de plus en plus performants. Devant, cela va rouler très fort : on est 18 en WRC2, et nous, sans expérience ici, nous devons rester calmes et progresser au fil du week-end. On découvre tout, c'est un rallye exigeant, on doit donc rester prudents."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK