Rétro : François Duval maitrise sa fougue pour le 1er succès belge en WRC

13 novembre 2005. Australie. François Duval. Il ne s'agit pas d'un album de vacances, ou alors celles dont le pilote belge avait toujours rêvé.

--------------------
LIRE AUSSI : Votre catalogue vidéo des archives sportives de la RTBF
--------------------

La Belgique a tenté à plusieurs reprises de décrocher un premier succès dans le prestigieux championnat du monde des rallyes. Bruno Thiry s'y est cassé les dents, notamment lors de l'édition 1995 du Tour de Corse, qu'il mène outrageusement avant de devoir abandonner à deux spéciales de l'arrivée. Freddy Loix, ensuite, accrochera quelques places d'honneur.

Dès 1999, on assiste à l'éclosion d'un jeune pilote issu de Cul-des-Sarts et né à Chimay : François Duval. Sa pointe de vitesse impressionne, notre compatriote âgé alors de 19 ans n'a pas froid aux yeux. A l'échelon mondial, en WRC junior, il décroche le Monte-Carlo en 2002 au volant d'une Ford Puma S1600. Il débarque dans la cour des grands au Rallye de Suède 2002 avec une Ford Focus WRC. Il termine l'épreuve à la 11e place.

Après deux saisons au sein de la marque américaine, Duval devient équipier de l'icone Sébastien Loeb chez Citroën. Son début de saison n'est pas à la hauteur des espérances, le pilote voulant probablement forcer son apprentissage face au futur monstre de la discipline, qui vient de décrocher sa première couronne en 2004. Le Belge sera mis sur le côté durant deux épreuves, au profit de Carlos Sainz, et reviendra beaucoup mieux ensuite, récoltant trois deuxièmes places (en Allemagne, en Grande-Bretagne et en Espagne). Vient alors la dernière manche de la saison, en Australie...

La recette ? Parvenir à maitriser sa fougue afin de profiter des éliminations des trois favoris du parcours : Sébastien Loeb, Marcus Gronholm (Peugeot) et Petter Solberg (Subaru). Le Belge, copiloté par Svens Smeets plutôt que Stéphane Prévot pour la deuxième partie de saison, a ensuite contenu les attaques de Harri Rovanpera (2e à 52.9 secondes, Mitsubishi) et Manfred Stohl (3e à 1:33.0, Citroën) pour décrocher sa première (et seule) victoire en WRC, la première pour notre nation également donc.

"Je suis super heureux. On a rencontré beaucoup de difficultés en début de saison. On fait des résultats et on gagne un rallye sur cette fin de saison. On n'a pas fait une erreur, pas une griffe ce week-end. C'est super ! Je remercie toute l'équipe Citroën, mon copilote et mes parents", indiquera Duval à notre micro.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK