Phrase choc, surprise, flop : Retour sur un drôle de Rallye du Mexique

Le Français Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC) a remporté samedi dernier le Rallye du Mexique, troisième manche du Championnat du Monde des Rallyes.

Après les succès de Thierry Neuville au Monte-Carlo et d'Elfyn Evans en Suède, il s'agit donc du troisième vainqueur différent en l'espace de trois épreuves cette saison.

Ce Rallye du Mexique s'est terminé samedi et non dimanche, au terme de la dernière spéciale au programme du jour, pour permettre aux équipes présentes sur place de regagner plus rapidement et sereinement l’Europe, et ce en raison de l'évolution très rapide des restrictions entourant les déplacements aériens en raison de l'épidémie de coronavirus.

Dans ces conditions très particulières, le sextuple Champion du Monde, qui n'a pas célébré sa première victoire avec Toyota, a devancé de 27.8 secondes le Champion du Monde en titre Ott Tanak (Hyundai i20 Coupé WRC), deuxième, et auteur d'une belle remontée après être parti à la faute vendredi matin.

Thierry Neuville, victime de soucis électriques vendredi sur sa Hyundai I20 Coupé WRC et contraint à l'abandon alors qu'il était en lutte pour la victoire, rentre donc bredouille du Mexique, privé d'une Power Stage au terme de laquelle il comptait bien inscrire quelques points de bonus dimanche. TN a toutefois fait preuve d'une belle pointe de vitesse et s'est adjugé huit meilleurs temps au cours du week-end. Personne n'a fait mieux.

Ce mardi, nous revenons sur la troisième épreuve de la saison à travers différents temps forts.

La performance : Sébastien Ogier

Troisième sur la route pour sa découverte sur terre de la Toyota Yaris WRC, Sébastien Ogier n'a pas commis la moindre erreur, alors que ses adversaires ont un à un dû courber l'échine. Vendredi midi, le sextuple Champion du Monde avait déjà fait la différence et s'envolait vers un sixième succès au Mexique, dont il est désormais le corecordman de victoires en compagnie de son compatriote Sébastien Loeb.

Avec "seulement" quatre scratches à son actif (Thierry Neuville, lui, en a signé huit), le Français a une nouvelle fois prouvé qu'il était le maître de la régularité et de la gestion...

Désormais leader du Championnat du Monde, le pilote Toyota aura la lourde tâche d'ouvrir la route et de la balayer pour ses adversaires lors de la prochaine épreuve du WRC, qui est pour l'instant programmée au Portugal, fin mai... Mais comme il l'a souligné quelques instants après avoir décroché sa première victoire de la saison, ses priorités sont ailleurs pour le moment.

"C'est clair que ce n'est pas une victoire comme les autres. Pour moi, ce rallye n'aurait pas dû avoir lieu, j'étais malheureusement l'un des seuls à pousser dans ce sens-là avant le départ. Malgré tout, j'ai essayé de faire le boulot et de me concentrer sur la course, mais protéger des vies humaines, ça passe avant tout, et bien sûr avant le rallye. J'espère qu'en venant, on ne va pas causer de problèmes supplémentaires ici. Pour moi, la priorité, maintenant, c'est de rentrer à la maison dès que possible et de m'occuper des miens en ces moments difficiles. Il faut espérer que la situation critique que le monde traverse s'améliore au plus vite. Après, on retournera se faire plaisir en rallye dès que possible."

La surprise : Teemu Suninen

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas pour le jeune Finlandais Teemu Suninen. Complètement largué au Monte-Carlo et en Suède, le pilote M-Sport, bien qu'aidé par sa position dans l'ordre de départ, a réussi à hausser son niveau de jeu et a longtemps occupé la deuxième place, en se montrant rapide et en évitant tous les pièges.

Après l'incendie de la voiture de son coéquipier Esapekka Lappi, Teemu Suninen a réussi à garder son calme et à maintenir un bel écart sur ses poursuivants. Samedi après-midi, il a finalement été débordé par un Ott Tanak remonté comme un coucou, mais il est monté sur la troisième marche du podium après une prestation très aboutie. Il a notamment réussi à garder les Toyota Yaris WRC d'Elfyn Evans et de Kalle Rovanpera derrière lui.

Le flop : La fiabilité de la Hyundai i20 Coupé WRC

Avec le Champion du Monde Ott Tanak et l'Espagnol Dani Sordo respectivement cinquième et huitième dans l'ordre de départ, Hyundai Motorsport avait deux très belles cartes à jouer dans l'optique de la victoire au Mexique.

Mais dès la première spéciale au programme vendredi, Dani Sordo a dû s'arrêter, victime de problèmes de radiateur. Après avoir perdu de longues minutes et tout espoir de bon résultat, il a un peu plus tard définitivement garé sa Hyundai, en raison d'une surchauffe moteur.

Ott Tanak s'est pour sa part mis hors-jeu tout seul, en endommageant sa suspension dès la deuxième spéciale de cette même journée de vendredi. L'Estonien n'a perdu qu'une trentaine de secondes dans l'aventure, mais c'est ce qui lui a manqué pour se bagarrer pour la victoire avec Sébastien Ogier...

Enfin, Thierry Neuville réalisait un rallye parfait et était en lutte pour la victoire malgré sa deuxième position dans l'ordre de départ vendredi lorsqu'un problème électrique l'a obligé à immobiliser sa Hyundai i20 Coupé WRC. Auteur de huit meilleurs temps sur l'ensemble de l'épreuve, le pilote belge semblait en mesure de l'emporter, mais il repart bredouille du Mexique...

La phrase : Andrea Adamo

Il n'est pas toujours évident de décoder la communication d'Andrea Adamo, le Directeur de Hyundai Motorsport. Mais quand Olivier Gaspard, l'envoyé spécial de la RTBF au Mexique, est allé lui poser quelques questions après les abandons de Dani Sordo puis de Thierry Neuville, le message de l'Italien est très bien passé...

"Il y a eu des erreurs commises et on paie l’addition. On a commis des fautes qu’on ne doit pas commettre si on veut gagner le Championnat du Monde. Quand tu vois un tuyau qui sort et une fuite d’eau ou quand une pièce mécanique se casse, ce sont des choses qui ne doivent pas se produire. Je pense qu'on va encore avoir des choses à régler. On n'a pas fait notre boulot, et avant de rêver, on devra mieux travailler."

Et sa conclusion au terme du week-end : "C'était un week-end de m..."

La suite : Le Portugal, si tout va bien...

Le monde du sport est à l'arrêt, et si le WRC était l'exception le week-end dernier, ce ne sera plus le cas dans les semaines à venir. En raison de l'épidémie de coronavirus, le Rallye d'Argentine, prévu fin avril, a été "reporté". Mais sera-t-il envisageable de l'organiser en 2020 ?

La prochaine épreuve au calendrier qui figure toujours à l'agenda, c'est le Rallye du Portugal, fin mai. S'il est annulé, deux semaines plus tard, c'est en Sardaigne que le WRC se donnera rendez-vous, avant le retour du Safari organisé au Kenya mi-juillet.

Leader du Championnat du Monde, Sébastien Ogier devra ouvrir la route lors de la première journée de l'épreuve, une mission qu'il connaît par cœur. Troisième dans l'ordre de départ, Thierry Neuville aura un bon coup à jouer et devra tenter de renouer avec la victoire pour récupérer les points perdus à cause de la mécanique au Mexique...