Ogier : "Mes coéquipiers ont fait mieux que moi jusqu'à présent, à mon tour de gagner"

Pour sa première sortie sur terre au volant de la Toyota Yaris WRC, le Français Sébastien Ogier aura de grandes ambitions sur un Rallye du Mexique qui lui a souvent souri ces dernières années. Le pilote Toyota s'apprête toutefois à vivre un week-end particulier en raison de l'épidémie de coronavirus qui secoue la planète.

"Il faudra prendre un maximum de précautions ce week-end, et garder à l'esprit que ce virus se transmet facilement, a souligné Sébastien Ogier au micro d'Olivier Gaspard, l'envoyé spécial de la RTBF au Mexique. Il y aura énormément de monde ici ce week-end, et tout le monde devra prendre les précautions d'usage : se laver les mains le plus possible, et tout faire pour éviter que ça se propage. Nous sommes heureux que le rallye puisse avoir lieu, mais il faut garder tout ça à l'esprit et être vigilant. On n'a pas envie d'être séparés de nos fans, mais il faudra faire avec ce week-end. Les séances d'autographes, les selfies... Ce week-end, ce sera limité au maximum."

Cinq fois vainqueur et deux fois deuxième lors des sept dernières éditions du Rallye du Mexique, le sextuple Champion du Monde sera une nouvelle fois l'un des hommes à battre.

"J'apprécie ce rallye : le profil des routes, et le retour sur terre puisque c'est le premier rallye sur cette surface de la saison, a repris le quintuple vainqueur de l'épreuve. C'est difficile d'expliquer pourquoi le feeling est bon ici, mais l'objectif est de continuer sur cette lancée. Le début de saison s'est plutôt bien passé puisque nous ne sommes que cinq points derrière le leader du championnat, mais on n'a pas encore réussi à accrocher la victoire, et on va tout faire pour corriger ça ce week-end. Mes coéquipiers ont fait mieux que moi jusqu'ici, Elfyn a fait un super rallye en Suède et est allé chercher une très belle victoire, je vais tout faire pour être le suivant et amener une autre victoire à l'équipe. Je crois en mes chances, et malgré ma troisième place sur la route vendredi, rien n'est impossible."