Neuville vise toujours le titre et se sent "capable d'encore gagner un ou deux rallyes cette année"

Thierry Neuville comptait sur l'épreuve de reprise du WRC pour effacer une partie de son retard sur Sébastien Ogier et Elfyn Evans au classement du Championnat du Monde.

Il n'a pas atteint son objectif : contraint à l'abandon samedi dès la septième spéciale de ce Rallye d'Estonie, le pilote belge a pu repartir en Rallye 2 ce dimanche avec l'espoir de marquer quelques points de bonus dans la Power Stage pour limiter la casse... mais des problèmes électroniques, survenus avant même le départ de cette dernière spéciale, en ont décidé autrement.

"On a connu des week-ends pires que celui-ci, même si on repart avec zéro point, a expliqué Thierry Neuville au micro d'Olivier Gaspard, l'envoyé spécial de la RTBF en Estonie, où son coéquipier Ott Tanak a décroché sa première victoire avec HyundaiOn n'a pas grand-chose à se reprocher. On s'est fait jeter hors des traces, mais on n'a pas été les seuls. Il n'y a qu'à regarder les images : on a vu Craig Breen faire la même erreur, Ott aujourd'hui... et plein d'autres pilotes se faire surprendre. C'est le risque, sur ce rallye, avec des routes aussi creusées. Malheureusement, nous, on l'a payé cash. Ce dimanche, on avait tout préparé pour aller chercher les cinq points de la Power Stage, mais visiblement, ce n'était pas notre week-end. La voiture a connu des soucis électriques une minute avant le départ, et on n'a pas pu les résoudre. On a dû faire la spéciale au ralenti et on a dû abandonner sur le routier, car c'était trop risqué d'endommager le moteur."

Avec 37 points de retard sur le leader du Championnat du Monde, Sébastien Ogier, et trois autres adversaires (Elfyn Evans, Ott Tanak et Kalle Rovanpera) qui le devancent au classement, est-il encore réaliste de viser le titre mondial ?

"On est clairement capables d'encore gagner un ou deux rallyes cette année, a repris TN. Il nous faudra un meilleur résultat dès la Turquie. C'est à la fin du bal qu'on paie les musiciens ! Il faudra marquer de gros points et espérer que ça se passe un peu mieux que lors de ces deux dernières manches. J'ai bon espoir que la voiture fonctionne aussi bien en Turquie. Il ne faut pas paniquer, c'est une saison spéciale de toute façon. Il faut regarder vers l'avant. On a de bonnes chances d'obtenir de très bons résultats en Turquie et en Sardaigne, on va bien préparer ces deux rallyes."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK