Neuville : "Amener tout le monde ici, ce n'était pas la bonne décision"

Petite nouveauté en 2020 : avant chaque manche du Championnat du Monde des Rallyes, nous vous donnons la possibilité de poser vos questions à Thierry Neuville. Le pilote belge s'est prêté au petit jeu à quelques heures de la manche suédoise, la deuxième de la saison.

Seules dix spéciales devraient se disputer au vu des conditions météorologiques. Que faut-il en penser ?
"Il y a très peu de neige, seulement un peu de glace dans quelques parties de spéciales. Ce sont des routes de terre avec beaucoup de graviers. Amener tout le monde ici, ce n'était pas la bonne décision je pense. Il y a moins de glace que prévu. Ce ne sont pas des conditions adaptés pour un rallye. Il n'y a plus de murs de neige, les routes sont plus larges, on a fait dans le passé des spéciales ici à 125 km/h de moyenne. On va arriver à des 140 de moyenne, ça risque d'aller fort vite. On a rapporté les infos à notre équipe, mais on n'en a pas encore discuté entre pilotes. La décision finale ne nous revient pas de toute façon."

Ouvrir sur de la glace plutôt que sur de la neige, est-ce un avantage ?
"Quand il y a uniquement de la glace, ça pourrait être un avantage, surtout si elle est bien gelée le matin. A force des passages des voitures, elle se creuse et se casse. Il y a donc moins d'adhérence pour les voitures qui suivent car les clous ne rentrent plus aussi bien dans le sol. S'il y a de la neige fraiche par dessus, c'est catastrophique d'ouvrir. Le problème ici par le passé, c'était d'être premier sur la route lors du deuxième passage car des voitures d'autres catégories s'intercalaient et faisaient totalement d'autres traces. La première voiture devait alors refaire une trace. Nous n'avons pas trop d'informations, on n'a jamais couru ici dans de telles conditions. Si cela reste comme ça, il ne devrait pas y avoir trop de différences entre la première et la dernière voiture."

Comment on gère les clous dans des conditions comme celles que vous allez rencontrer ce week-end ?
"On va devoir gérer énormément. Il y a notamment une spéciale où on va devoir rouler peut-être à 60% dans certains tronçons pour garder un peu de clous en vue de la fin de la spéciale, où on retrouve 2-3 kms de glace. Sinon, on ne va pas survivre et on ne parviendra pas à finir l'épreuve."

Pourquoi ne pas utiliser des pneus terres dans ce genre de conditions ?
"Avec des pneus terres dans les spéciales du matin, si le sol est gelé, ça pourrait être tout aussi dangereux, voire encore plus. On est en hiver, les routes sont froides. Certaines parties seraient plus confortables en 'terres', mais d'autres seraient impraticables."

A votre avis, quel sera le top 3 de l'épreuve ?
"Je n'en ai aucune idée. Ca va dépendre de celui qui va trouver la meilleure gestion des pneus, le meilleur compromis. Aucun des pilotes n'a vraiment l'expérience de la gestion des pneus clous. J'espère finir sur le podium. C'est sûr que Tanak va faire tout ce qu'il peut pour être présent et Ogier n'est jamais très loin. J'estime que nous allons finir tous les trois sur le podium."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK