L'analyse du 'vieux' Loeb : « La cabriole de Neuville ? Pas envie de la voir »

Troisième à seulement 5.1 secondes de la deuxième place de Sébastien Ogier, Sébastien Loeb est l'autre grand animateur de la deuxième journée au Rallye du Chili, le premier étant, pour d'autres raisons, Thierry Neuville. Le nonuple champion du monde a réussi sa lutte avec Jari-Matti Latvala et devrait empocher de grosses unités pour Hyundai.

« On a bien roulé, on avait un bon rythme dans les spéciales. Pas de faute, c'est nickel, j'ai un bon feeling avec la voiture. J'aimais bien la deuxième et la troisième spéciale de la boucle. On essaie d'en profiter, c'était plutôt bien. Je commence à comprendre le fonctionnement de la Hyundai. Je me sens plutôt à l'aise dedans pour l'instant, espérons que ça dure. Les différences avec les voitures conduites par le passé ? C'est un peu dans la façon de rouler. La Citroën demandait un pilotage un peu plus propre. Il faut être un peu plus agressif avec la Hyundai car elle marche en glisse », a précisé Loeb à notre micro.

Le Français de 45 ans a aussi livré son avis sur l'accident violent de Neuville. « La sortie de Thierry s'est produite à un endroit assez chaud. C'est un virage à droite très rapide. Il passerait à fond dans l'absolu, mais il est situé sur une bosse. Le délestage fait qu'on perd le grip. Ce n'est pas loin de passer à fond je pense. Moi j'ai lâché la pédale un peu trop. C'est là qu'on voit la différence entre les fougueux, ceux qui réfléchissent plus et les vieux. Meeke est passé à fond, Ogier avait noté peut-être à fond... moi je n'ai même pas imaginé passer à fond. Je n'ai pas vu sa cabriole, je n'ai pas envie de la voir. On sait que les voitures actuelles sont solides. C'est vrai que c'est chaud : on roule quand même à bloc dans des endroits parfois hostiles. Elles sont solides, mais pas incassables », a analysé avec maturité Loeb.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK