Le titre manqué, la stratégie, la performance de Toyota : Neuville se projette déjà vers 2019

Thierry Neuville a été contraint à l'abandon dans l'antépénultième spéciale du Rallye d'Australie, ce qui a mis un terme à ses rêves de titres mondial.

Le pilote belge, qui avait déjà commis deux petites erreurs en attaquant fort lors de la première boucle de trois spéciales ce dimanche, s'est fait piéger à deux reprises après quelques centaines de mètres dans l'ES22, a endommagé sa suspension et arraché sa roue arrière gauche.

Ott Tanak ayant lui aussi abandonné, Thierry Neuville s'est adjugé pour la quatrième fois de sa carrière le titre honorifique de vice-Champion du Monde après ceux de 2013, 2016 et 2017.

"Après notre crevaison vendredi, nous savions que nous avions perdu beaucoup de chances d'être titrés ce week-end, a résumé Thierry Neuville au micro d'Olivier Gaspard, l'envoyé spécial de la RTBF en Australie. On n'a rien lâché, on a continué à attaquer, même si on a eu énormément de mal à rester au contact samedi à cause du balayage. Aujourd'hui, la pluie s'est installée, et c'était notre dernière petite chance pour essayer d'aller chercher les cinquante secondes qu'il nous manquait par rapport à Sébastien. On a tout tenté, c'est passé proche le matin, et ce n'est pas passé l'après-midi ! On est partis à bloc dans la spéciale en espérant reprendre au moins une dizaine de secondes, en quinze kilomètres, dans des conditions délicates. Mais rapidement, on s'est fait avoir par un tête-à-queue. En repartant, je n'étais pas concentré, j'ai un peu glissé dans la boue et on a touché une souche."

Leader du Championnat du Monde durant de longs mois en 2018, le Saint-Vithois a ouvert la route, balayé à de nombreuses reprises et énormément appris cette saison. Il reviendra pour jouer la gagne, si le niveau de performance de sa Hyundai i20 Coupé WRC le permet, en 2019.

"On a parfois été trop gentils cette saison en termes de stratégie, a repris le pilote belge. M-Sport et Sébastien ont utilisé la stratégie au maximum, dans toutes les situations, nous on n'a pas souvent eu l'occasion de le faire avec mes coéquipiers. Ce sont aussi des petits détails qui ont fait la différence, comme la casse d'amortisseur en Turquie, où on aurait pu prendre trente points je pense. Mais sans la crevaison ici, on aurait pu faire le boulot. On a clairement vu une augmentation des performances de la Toyota depuis cinq ou six rallyes, c'est la seule chose pour laquelle nous pouvons êtres inquiets actuellement, et il faudra réagir. L'équipe en est consciente, et ils vont tout faire pour que nous soyons plus performants dès le début de la saison prochaine."

"Le balayage en étant premier sur la route ? Je m'en suis beaucoup moins plains que Sébastien Ogier !, a conclu Thierry Neuville. J'ai fait mon travail, en sachant que cela ne serait pas facile. On l'a vu lors de la seconde partie de la saison, on l'a payé cher, en étant quasiment incapables de se battre pour le podium. Et quand on l'a été, c'est quand on a fait un boulot extraordinaire. C'est la réglementation. Je le répète, je pense que sans la crevaison, on aurait pu remporter le titre. On a progressé en équipe cette année, et on sait qu'en 2019, il faudra la jouer tactique dès le début de la saison. Je tiens quand même avant tout à féliciter Sébastien Ogier et son copilote Julien Ingrassia, nous étions trois équipages à mériter le titre, mais ce sont eux qui ont bien travaillé et qui, à la fin, ont gagné."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK