Gilsoul : "La Power Stage de demain, c'est notre spéciale coup de cœur"

Thierry Neuville et son copilote, Nicolas Gilsoul, occupent ce samedi soir la tête du Tour de Corse avec 4.5 secondes d'avance sur Elfyn Evans. L'équipage belge a un "magnifique" coup à jouer dans l'optique du championnat après la crevaison d'Ott Tanak, relégué à la sixième place.

"On savait que la régularité allait vraiment être importante, a souligné Nicolas Gilsoul au micro d'Olivier Gaspard, l'envoyé spécial de la RTBF sur le Tour de Corse. Ça roulait très vite, nous étions tous les trois dans le même wagon, et les écarts étaient très serrés. Ott a crevé, cela nous a donné un petit bol d'air, puis dans la dernière spéciale de la journée, la plus longue du rallye, on s'est vraiment appliqué et on a réussi à dépasser Elfyn, qui a fait un super rallye jusqu'ici. On est évidemment très heureux d'avoir réussi à passer en tête ce soir. On roule fort depuis le début du rallye, on fait beaucoup de spéciales avec des profils assez différents. On essaie d'optimiser tout ce qu'on peut en modifiant la hauteur de caisse de quelques millimètres quand c'est bosselé, on essaie de chercher du grip quand c'est plus plat en assouplissant la voiture, on la durcit quand c'est plus bosselé pour ne pas se faire secouer... C'est très stratégique, très technique, et l'équipe a fait du super boulot puisque la voiture était très performante."

Dimanche, deux spéciales, Eaux de Zilia (31.85 km) et la Power Stage de Calvi (19.34 km), figureront au menu de la dernière journée de ce Tour de Corse 2019.

"D'habitude, le dimanche, c'est une formalité, mais ici, ce sont vraiment deux gros morceaux !, a repris le copilote de Thierry Neuville. Une spéciale de trente kilomètres, et une autre de vingt.  Celle-ci, c'est une spéciale "coup de cœur", on y a de très bons souvenirs : c'était la première spéciale du Tour de Corse qu'on a remporté en 2011 dans le cadre de l'IRC, et on y avait fait deux fois le meilleur chrono. Mais avant cela, celle d'une trentaine de kilomètres est très difficile, on y alterne du lisse, du bosselé, différentes largeurs de route, des montées, des descentes... Tout reste à faire, on ne va pas pouvoir dérouler !"

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK