33 unités de retard sur Tanak : réaction obligatoire pour Neuville en Turquie

Thierry Neuville
Thierry Neuville - © FB - TN

Ce week-end, le championnat du monde des rallyes se déplace en Turquie pour le compte de la onzième manche de la saison WRC. Initialement située dans la région de Kemer, l'épreuve a vu des victoires de Carlos Sainz (2003, premier succès de l'Espagnol sur une Citroën et premier succès du team français sur la terre), de Sébastien Loeb (2004 et 2005) ou encore de Marcus Gronholm (2006).

En 2007, le parcours entrait dans le calendrier IRC, mais revenait en WRC l'année suivante (victoire de Mikko Hirvonen). Pas de rallye de Turquie en 2009, mais là aussi un retour dès l'année suivante, dans la région d'Istanbul. En tête avant de crever et de finir quatrième, Sébastien Ogier devra s'incliner face à Loeb. Thierry Neuville était présent aussi en 2010, il abandonnera au volant de sa Citroën.

De retour l'an dernier après huit ans d'absence, le rendez-vous s'est installé dans la région de Marmaris, dans le sud-ouest du pays. C'est Ott Tanak qui a empoché l'épreuve, devant son équipier Jari-Matti Latvala (22.3 sec) et Hayden Paddon (1:46.3). Ouvreur le vendredi, Thierry Neuville occupait la tête de l’épreuve avant de devoir renoncer le lendemain suite à un bris de suspension.

Relégué à 33 unités de Tanak au général (205 contre 172), notre compatriote doit réagir dès ce rallye de Turquie sous peine de voir l'Estonien, victorieux de la dernière manche en Allemagne, filer définitivement vers la couronne mondiale dans cet exercice 2019 du WRC. Il ne restera plus que trois épreuves après le rallye de Turquie : la Grande-Bretagne, la Catalogne et l’Australie.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK