Rins coiffe Marquez pour 13 millièmes, des pertes de mémoire pour le malchanceux Dovizioso

Rins coiffe Marquez pour 13 millièmes, des pertes de mémoire pour le malchanceux Dovizioso
Rins coiffe Marquez pour 13 millièmes, des pertes de mémoire pour le malchanceux Dovizioso - © ADRIAN DENNIS - AFP

13 millièmes d'écart entre Rins et Marquez. C'est moins qu'un clignement d'oeil. Deux semaines après un incroyable final à Spielberg, Silverstone fera également partie des grands moments que l'on retiendra cette saison.

Resurfacé après le chaos de l'an dernier, le Grand-Prix anglais nous a offert un incroyable spectacle. Du duel Rins-Marquez au crash Quartararo-Dovizioso, revivez les meilleurs moments de ce rendez-vous anglais. 

Le moment clé

La course aurait-elle été la même sans ce départ chaotique et les abandons de Fabio Quartararo et Andrea Dovizioso ? Certainement pas. Dovizioso est venu percuter la moto du Français qui avait perdu l'équilibre. S'en est suivi une lourde gamelle. Rien de cassé pour Dovizioso mais des pertes de mémoire nous indiquait un communiqué de Ducati. Autre moment fort, le final de folie et le jump d'Alex Rins qui s'impose pour 13 millièmes au nez et à la barbe de Marc Marquez. 

Le coup de cœur...

de Didier De Radiguès, c'est Alex Rins. "Il a mis la pression sur Marquez toute la course même si son Grand-Prix aurait pu se terminer dès le premier virage comme Quartararo et Dovizioso".

Pour Pierre Robert, c'est Valentino Rossi qui a marqué les esprits. "Le Dottore a signé une belle qualif mais il échoue au pied du podium. Dans trois semaines, chez lui, à Misano, il peut réussir un " truc " devant son public."

La déception

"Les Ducati n'ont pas été capables de se mêler aux meilleurs. Petrucci et Miller doivent se contenter respectivement d’une septième et huitième place à vingt secondes du vainqueur", analyse Pierre Robert. Pour notre consultant Didier De Radiguès, la déception se nomme Fabio Quartararo "qui a confondu vitesse et précipitation". 

Peut mieux faire

Il y a Jorge Lorenzo. Mais pouvait-on en attendre plus de l'Espagnol qui revient de blessure et qui déclarait ne pas encore être à 100%. "Lorenzo paie au prix fort plus de deux mois d’absence et il rencontrera de grosses difficultés pour retrouver un niveau acceptable", remarquait Pierre Robert. Pour Didier De Radigues, le "peut mieux faire" est attribué à Cal Cruthlow décevant pour son Grand-Prix national. 

Prochain rendez-vous

Ce sera chez Valentino Rossi, à Misano le week-end du 15 septembre. L'an dernier, c'est Andrea Dovizioso qui s'était imposé. 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK