MotoGP : Des larmes à Jerez

Le dimanche 19 juillet 2020, Marc Marquez connaissait la pire journée de sa carrière à Jerez de la Frontera. Dix mois plus tard, le Grand Prix d'Espagne disputé sur le tracé catalan nous a encore offert de grands moments d'émotion. Retour sur un week-end particulier...

Des retrouvailles chahutées pour Marc Marquez...

Vendredi, dans le box Honda, Marc Marquez dégage une certaine sérénité mais en son for intérieur, il aborde ce retour à Jerez avec une certaine appréhension. C'est légitime. Une fois sur sa machine, l'Espagnol aligne les premiers chronos dissipent les doutes.

Samedi matin, le sextuple champion du monde goûte au bitume dans le virage numéro 7. Les images donnent froid dans le dos. Impossible de ne pas se remémorer les événements de juillet 2020. Après un passage par l'antenne du circuit et des examens complémentaires à l'hôpital de Jerez, il participe à la qualification l'après-midi mais ne réussit pas à sortir de la Q1, logique après ce choc matinal...

Le lendemain, nouveau coup de tonnerre pendant le warm-up ! Marquez chute dans le même virage qu'en juillet 2020. Un mauvais pressentiment ? Pas pour un champion de la trempe de l'Espagnol. L'après-midi, il coupe la ligne d'arrivée en neuvième position, une "nouvelle victoire" applaudie par toute l'équipe Honda à son retour au box. En quittant Jerez, Marquez accuse un retard de cinquante points sur le leader du championnat...un championnat long, encore très long.

Toute la détresse de Fabio Quartararo...et de Valentino Rossi.

Arrivé en leader autoritaire du championnat en Andalousie, Fabio Quartararo espérait encore marquer les esprits sur le circuit qui lui avait offert son premier succès quelques mois plus tôt. En pole et malgré un départ manqué, le Niçois déborde rapidement la concurrence et prend la tête du Grand Prix. Rien ne semble empêcher une sixième victoire. Et pourtant.

En l'espace d'un tour, ses adversaires reviennent et le déposent. L'enfer pour El Diablo. On pense à une dégradation de ses pneumatiques, mais le mal est plus profond comme le constate très vite notre consultant, Didier de Radiguès : " Le Français est victime du syndrome des loges. Je pense qu'il va devoir être opéré comme pour Jack Miller et Iker Lecuona, récemment. Il aurait même du profiter de l'hiver pour subir cette opération." Des propos qui se confirment aujourd'hui. Quartararo ne participe pas au test post-Grand Prix. Ce matin, il est reparti en France pour des examens médicaux. Pour Didier de Radiguès, il devrait subir une intervention au plus vite pour ne pas hypothéquer la suite de sa saison.

" Rien ne va plus pour Valentino Rossi ! Ca me fait mal au coeur de voir un champion comme lui, en perdition. J'espère que ce ne sera pas la saison de trop pour le Doctor. Ca ne s'arrange pas et pourtant la Yamaha est compétitive aux mains des autres pilotes." Notre consultant ne peut cacher sa déception.Le constat chiffré est cruel après quatre Grands Prix : quatre points et deux fois en dix-septième position à l'arrivée lors des deux derniers rendez-vous, son pire début de compétition depuis son accession à la catégorie reine. Le crépuscule d'un dieu...

La délivrance pour Jack Miller...1771 jours plus tard !

Le 26 juin 2016, sous le déluge, Jack Miller marche sur l'eau et décroche sa première victoire au guidon de la Honda du team Marc VDS. Quatre ans et dix mois plus, l'Australien retrouve la plus haute marche du podium à Jerez. Une montée difficile vers le podium. Le pilote Ducati n'est pas fatigué mais est submergé par l'émotion.

" Chapeau à Miller qui revient aux affaires." Didier de Radiguès ne tarit pas d'éloges l'officiel Ducati pour sa prestation même si elle a été quelque peu facilitée par le brusque coup d'arrêt de Quartararo.

Dans le parc fermé d'arrivée, Miller ne trouve pas les mots pour décrire ce qu'il ressent. " J'aurai tellement voulu fêter cette victoire avec parents qui ont consenti tant de sacrifices pour que je puisse être ici aujourd'hui.

Pointé parmi les candidats au titre avant le début de la saison, l'Australien a peut-être lancé son championnat, ce dimanche, dans le Sud de l'Espagne. Et comme un bonheur ne vient jamais seul, Ducati s'est offert un doublé à Jerez...pour la première fois depuis le Grand Prix de République tchèque à Brno en 2018 avec le duo Dovizioso-Lorenzo. 

Et last but not least...  son équipier, Francesco Bagnaia est leader du championnat. Cinq pilotes dont deux Français-Quartararo et Zarco-séparés par dix-huit points au championnat, la saison 2021 est plus que jamais indécise.

On se réjouit déjà d'être au Mans  dans quinze jours pour le Grand Prix de France.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK