Premier test sur une IndyCar pour Alonso en vue des 500 Miles d'Indianapolis

Fernando Alonso a pris le volant pour la première fois d'une Formule Indy mercredi à Indianapolis, une prise de contact initiale très encadrée pour le pilote espagnol qui tente l'audacieux pari de s'aligner aux 500 Miles d'Indianapolis le 28 mai.

Dans une McLaren-Honda orange (la couleur historique de McLaren) ornée du numéro 29, le pilote espagnol, double champion du monde de Formule 1, a pris le volant à 10H55 (16H55 GMT) pour une séance d'essais privés très médiatisée, retransmise en direct sur internet.

L'Américain Marco Andretti avait auparavant effectué quelques tours pour vérifier le bon fonctionnement de la voiture, avant de céder le volant à l'Espagnol.

Celui-ci a commencé par effectuer une brève série 6 tours pour sa première sortie sur le mythique ovale.

Sa McLaren Honda est préparée par l'écurie Andretti, valeur sûre du championnat IndyCar qui a remporté les deux dernières éditions des 500 Miles. Andretti Motorsport comptera d'ailleurs pas moins de six monoplaces au départ de la prestigieuse épreuve de vitesse à la fin du mois.

Ainsi, s'il était seul en piste, Alonso était bien entouré sur le muret en bord de piste, conseillé notamment par Marco et Michael Andretti, le patron de l'écurie, et par l'ancien pilote brésilien Gil de Ferran, vainqueur en 2003.

L'Espagnol voulait valider durant la journée le "test des débutants", première étape obligatoire pour les pilotes souhaitant s'aligner au départ de la course.

Ce test comprend trois phases: il devra dans un premier temps accomplir 10 tours à plus de 337 km/h de moyenne, puis 15 tours à plus de 346 km/h, et enfin 15 tours supplémentaires à plus de 354 km/h (220 miles/heure).

Alonso a tourné à 320 km/h de moyenne pour son premier tour lancé, avant de rapidement augmenter la cadence, tournant à 336 km/h dès son cinquième tour, puis à 342 km/h à sa 16e boucle.

Fernando Alonso, à la peine depuis le début de saison en F1 dans une McLaren poussive et peu fiable, a annoncé le 12 avril qu'il faisait l'impasse sur le Grand Prix de Monaco le 28 mai, une épreuve qu'il a déjà remportée deux fois (en 2006 et 2007) et où il n'avait aucune ambition cette année, pour participer à la place aux 500 Miles d'Indianapolis. Une décision inédite qui a constitué un coup de tonnerre dans le monde du sport automobile.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK