Vettel est "plein d'espoir pour l'avenir"

Vettel est "plein d'espoir pour l'avenir"
Vettel est "plein d'espoir pour l'avenir" - © LLUIS GENE - AFP

"Si nous pouvons maintenir le niveau d'amusement et de plaisir de ces derniers jours et de ces derniers mois, je suis optimiste et plein d'espoir pour l'avenir", assure mardi l'Allemand Sebastian Vettel (Ferrari) au deuxième jour des essais d'avant-saison à bord de sa nouvelle F1.

Quelles sont vos premières impressions concernant votre nouvelle monoplace ?

"Mes premières impressions sont bonnes et fortes. Il semble que la voiture fonctionne bien. Je me sens à l'aise. Bien sûr, je suis un peu rouillé car je n'ai pas piloté pendant plusieurs mois mais ça va s'améliorer. La voiture fonctionne, je suis très heureux. Elle fait ce que je veux et j'en suis très satisfait pour le moment. (...) Bien sûr, c'est très tôt et ça peut avoir changé d'ici quelques semaines, mais pour le moment, je veux féliciter tout le monde à l'usine. La voiture qu'ils ont mise en piste était très proche de la perfection pour un premier jour d'essais."

Vous entamez votre cinquième saison chez Ferrari. C'est enfin celle du titre ?

"C'est trop tôt pour le dire. Mais pour être honnête, je n'ai pas l'impression que ça fait cinq ans. Nous avons eu de bonnes années et d'autres moins bonnes mais la progression est là. L'équipe se développe et se consolide année après année. J'espère que nous allons nous amuser cette année. Par s'amuser, je veux dire gagner beaucoup de courses et à la fin se battre pour le championnat. C'est ce que nous voulons mais c'est encore loin. Si nous pouvons maintenir le niveau d'amusement et de plaisir de ces derniers jours et de ces derniers mois, je suis optimiste et plein d'espoir pour l'avenir."

L'équipe a changé de tête avec l'arrivée de Mattia Binotto à la place de Maurizio Arrivabene. Que cela a-t-il changé ?

"A part son team principal, l'équipe et ses fondations sont les mêmes et je pense que Mattia vous dirait la même chose. Dans notre position, il n'y a pas besoin d'être un puits de science. L'équipe fonctionne, nous avons été capables de produire une voiture gagnante ces deux dernières années, donc il serait fou de tout changer. Nous avons connu des moments difficiles mais nous regardons tous vers l'avenir. C'est un gros défi pour Mattia. J'essaye de le soutenir autant que possible et lui fait de même avec l'équipe. Il en fait partie depuis longtemps, il connaît tout le monde, donc ça n'est pas une grande nouveauté. Sa position et ses responsabilités ont changé, mais jusque-là, tout le monde sourit et est heureux de venir travailler."

Comment percevez-vous Charles Leclerc, votre nouveau coéquipier ?

"C'est bien sûr un rival. Il a eu ce baquet pour une bonne raison et il faut que je le considère avec sérieux, mais la rivalité est toujours présente avec votre coéquipier et l'important est de faire progresser l'équipe. Je suis aussi en place depuis plus longtemps que lui, donc nous n'aurons pas les mêmes préoccupations au début. (...) Je suis sûr qu'il sera suffisamment rapide et saura me mettre sous pression. On verra à ce moment-là."

Propos recueillis lors d'un point presse.

AFP

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK