Verstappen : "Ce que j'ai à dire à Ocon ? Rien, je ne parle pas aux idiots !"

Lewis Hamilton s'est imposé ce dimanche sur le GP du Brésil de F1, avant-dernière manche de la saison. "On a bien travaillé durant cette course. Il a fallu gérer les pneus, l’usure de ceux-ci ainsi que la stratégie générale. Après son accrochage avec Esteban, Max était plus rapide que moi. Je n’ai toutefois pas commis d’erreur et j’ai fait le boulot !", s'est félicité le champion en titre à notre micro.

Max Verstappen, et finalement deuxième, qui a poussé le Français Esteban Ocon (Racing Point Force India) à l'issue du GP, a été condamné dimanche par les commissaires de la FIA à effectuer "deux jours de service public".

Cette peine, qui s'apparente à une peine de travail d'intérêt général, devra être exécutée "dans les six prochains mois". Ocon, relégué à un tour, a percuté Verstappen, alors en tête, au 43e tour du GP du Brésil sur le circuit d'Interlagos. Le Néerlandais, fou de rage, a bousculé le Français, qui attendait pour effectuer la pesée.

"L'équipe avait la meilleure stratégie et nous aurions dû gagner. La voiture était très rapide, je suis très heureux sur ce point. L'accrochage ? Je ne comprends pas. Ce type d’évènements peut se produire durant une bagarre entre le premier et le deuxième. Dans ce cas précis, il était attardé. Je me suis mis à l’intérieur et il a tenté de me faire l’extérieur. Il a écopé de la pénalité sportive, ça me parait assez évident donc. Je suis allé le pousser, on ne s’est pas battu. Je ne l’ai pas frappé. Une heure après, je n’ai rien à lui dire. Je ne parle pas aux idiots. Je n’ai pas besoin d’en parler", a-t-il détaillé à notre équipe présente au Brésil.

Avec son succès brésilien, Hamilton a aussi assuré la couronne des constructeurs à Mercedes. "C’est perdu pour nous, merde !", a simplement souri Sebastian Vettel (Ferrari) à ce propos.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK