Verstappen : "Après le départ, je pensais que la course était finie"

C'est donc Max Verstappen qui comme l'an dernier a remporté dimanche le Grand Prix d'Autriche. Le Néerlandais a loupé son envol avant d'entamer une remontée fantastique qui l'a mené en tête au 69e des 71 tours. 

"J'ai alors pensé que c'était foutu pour la victoire", a-t-il avoué à sa descente du podium. "Même si j'ai bien sûr continué à attaquer tant et plus pour marquer le plus de points possible au championnat. J'ai aussi dû m'arrêter à cause d'un problème de pneus mais après cela, la voiture volait littéralement..."

Les commissaires enquêtent toutefois à propos du dépassement décisif du 69e tour, où la Red Bull de Verstappen et la Ferrari de Leclerc qui est sortie de la piste, se sont touchées.

Ce qui ne semble guère inquiéter le Hollandais volant, convoqué devant le jury à 18 heures.

"C'est la course", assure-t-il en effet. "C'est à dire un duel sans merci, mais autant rester à la maison si on nous l'interdit. Quel intérêt y aurait-il à courir en Formule 1, si ce genre de choses ne sont pas autorisées en course? Je suis très content, et aussi pour Honda, qui attendait cette victoire (la 60e de Red Bull, ndlr) depuis 2006...".

Côté Ferrari Sebastian Vettel, qui a dû se contenter de la quatrième place à cause d'un deuxième changement de pneus imprévu, estimait que "Charles (Leclerc) méritait de gagner", ajoutant toutefois qu'il n'était pas favorable à voir "des gars en fauteuil modifier l'arrivée des courses".

"Les meilleurs juges sont les pilotes dans leurs voitures", a dit le quadruple champion du monde. "La course n'est pas une cour de récréation. Nous sommes des adultes, nous devrions pouvoir nous débrouiller entre nous sur ce genre d'actions..."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK