Vigneron : "Vandoorne 3e pilote chez Mercedes ? Une manière très élégante de remettre un pied en F1"

Actuel leader du championnat de Formula E, Stoffel Vandoorne fait son retour en Formule 1, dans le rôle de 3e pilote au sein de l’écurie Mercedes. Titulaire chez McLaren pendant 2 saisons, le Courtraisien n’avait pas trouvé de baquet pour la saison 2019. Il s’était alors tourné vers la Formule E. Il sera épaulé dans sa fonction de 3e pilote par le Mexicain Gutierrez. Notre spécialiste F1 Gaëtan Vigneron décrypte ce retour.

"Ce n’est pas vraiment une surprise, à partir du moment où il est lié à Mercedes en Formula E. Il est leader du championnat, il y a une course ce week-end. Il a des liens assez étroits avec le patron de Mercedes, Toto Wolff, qui l’a gardé dans son giron. Les deux pilotes en Formule E sont Nyck De Vries, le champion de F2, et Stoffel Vandoorne, un ancien champion de F2. On a appris il y a quelques semaines que le Néerlandais allait faire de l’endurance. Stoffel Vandoorne, je sais qu’il postulait aussi pour faire de l’endurance, et puis subitement on n’en a plus parlé. Donc ça mettait déjà la puce à l’oreille, il devait y avoir autre chose. Esteban Ocon, qui était le pilote d’essai chez Mercedes sera titulaire chez Renault cette année. Donc il y avait une place à prendre. Il y avait le mexicain Gutierrez, mais Toto Wolff cherchait quelqu’un avec plus d’expérience, sans doute avec plus de talent. Stoffel Vandoorne était le candidat idéal. Mais c’est vraiment quelque chose d’important, parce qu’être 3e pilote dans l’écurie 6 fois championne du monde, aux côtés d’Hamilton et de Bottas, c’est une manière très élégante de remettre un pied en F1."

Un rôle loin d’être anecdotique

"Le rôle de 3e pilote est de plus en plus important en F1 aujourd’hui car il y a de moins en moins d’essais sur la piste. On a encore réduit le nombre de jours d’essais cette année, donc on se base de plus en plus sur la simulation. Les pilotes titulaires font du simulateur, mais le 3e pilote en fait beaucoup plus. Et notamment dans les week-ends de grand prix, le 3e pilote doit être à l’usine, et en instantané, il y a un partage de données entre l’usine et la piste. La nuit du vendredi au samedi, le 3e pilote roule en simulateur et puis les ingénieurs sur place pour les grands prix se basent sur tous ces ressentis, toutes ces données pour affiner les derniers réglages avant les qualifications et la course. C’est un rôle extrêmement important, c’est un rôle de confiance. Il est totalement intégré dans l’écurie, il participe aux meetings, etc. Ocon me disait, ‘je n’ai pas roulé l’année dernière, mais j’ai appris énormément, parce que j’ai participé à pleins de meetings, notamment aux côtés du sextuple champion du monde, Lewis Hamilton, et je suis sans avoir roulé un meilleur pilote que les années précédentes.’"

La frustration de ne pas avoir pu prouver ses qualités

"C’est facile de dire ça quand on est Belge, mais il a vraiment toutes les qualités pour avoir un volant en F1. C’est une frustration énorme pour lui. Il ne l’avoue jamais devant une caméra, mais au fond de lui-même, ça lui manque de ne pas avoir pu prouver ce dont il était capable au volant d’une F1. On a mangé ensemble à Noël et il me disait ‘Je n’ai pas envie de revenir en F1 à n’importe quel prix, mais si jamais j’ai une chance de revenir, ça doit être dans de bonnes conditions. Et la meilleure chance que je pourrais avoir, c’est d’être lié à Mercedes.’ C’est le cas aujourd’hui, on fait encore un pas en avant puisqu’il est 3e pilote, mais il ne faut pas s’emballer, peut-être que ça s’arrêtera là, et qu’il y aura une saison de 3e pilote, point à la ligne. Mais il y a quand même un espoir assez concret pour Stoffel Vandoorne."

Peu de chance de le voir en course

"Tout peut arriver. On n’a pas envie de souhaiter une blessure d’Hamilton ou de Bottas, mais si un de ces deux pilotes devait déclarer forfait, on ferait appel au 3e pilote. D’autant que Stoffel Vandoorne a 2 saisons de F1 derrière lui, a fait du simulateur, a fait des essais, connaît tous les circuits du championnat, donc il est prêt à monter dans la voiture. Ce n’est pas du tout impossible, mais je pense qu’il faut plutôt réfléchir au futur, en connaissant aussi l’influence de Toto Wolff dans le paddock. Mercedes motorise 4 écuries, donc on ne sait jamais. Il y a moyen éventuellement de rebondir en F1, ce qui paraissait impensable il y a quelques mois."

Une nouvelle chance

"C’est une nouvelle chance. Il a déjà eu de la chance d’avoir pu rouler en F1, parce qu’il faut quand même être chanceux pour être parmi les 20. Mais il n’a pas eu de chance parce qu’il est tombé au plus mauvais moment dans une écurie McLaren réputée qui revient aujourd’hui sur le devant de la scène. Il a eu la chance d’être relié avec Mercedes via la Formula E, et maintenant via la F1. Donc je ne sais pas si c’est une 2e chance, mais c’est en tout cas une nouvelle chance d’éventuellement revenir dans ce qui reste, qu’on le veuille ou non, le sommet du sport automobile."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK