Un orage, un Hamilton rayonnant et un Vettel bon perdant au menu du débriefing mexicain

Lewis Hamilton (Mercedes) a remporté de main de maître le Grand Prix du Mexique malgré un départ chaotique et un contact avec Max Verstappen (Red Bull) dès le premier virage.

Place à notre dernier débriefing de la semaine, où nous tendons notre micro à Lewis Hamilton, Sebastian Vettel, Charles Leclerc ou encore Max Verstappen... sous le soleil, car la pluie s'est ensuite abattue sur Mexico deux heures après l'arrivée du Grand Prix !

Le quintuple Champion du Monde, qui sera vraisemblablement sacré pour une sixième fois à Austin dimanche prochain, a mené une Flèche d'Argent endommagée à la victoire grâce à une stratégie audacieuse (un seul changement de pneus, très tôt dans la course) et une conduite parfaite avec des pneus durs en fin de vie...

"J'ai pris un très bon départ à vrai dire, je me suis retrouvé derrière Charles, mais Seb (Vettel, ndlr) voulait garder sa position, a détaillé le quintuple Champion du Monde au micro de la RTBF. Je me suis dit, "je n'ai nulle part où aller", j'étais sur la ligne blanche, et il continuait de se rapprocher. J'ai donc dû éviter le contact, je suis allé dans l'herbe, j'ai presque perdu le contrôle dans la ligne droite, ils se sont échappés alors que moi, j'étais attaqué par plusieurs voitures. Et puis, dans le premier virage, il y avait Max. J'ai été violemment percuté sur le côté, par Max, évidemment, et on est passé dans l'herbe. J'ai cru que c'était fini. Mais j'ai réussi à garder le cap, j'ai continué à tout donner, et c'était très sympa, même si c'était un peu effrayant !"

Charles Leclerc, qui était confortablement en tête de la course, s'est fait piéger en optant pour deux changements de pneus. Son coéquipier Sebastian Vettel n'est lui passé qu'une seule fois par la voie des stands, mais bien trop tard...

"Globalement, je pense qu'on a fait une bonne course, a pourtant signalé le pilote allemand. On a tenté les deux stratégies, les deux auraient pu marcher, mais c'était difficile de prévoir que ces gommes allaient résister aussi longtemps en les chaussant aussi tôt dans la course. On avait pas mal de graining vendredi, et il n'y en avait pas aujourd'hui. C'est ce qui a fait la différence."

Et puis, il y a Max Verstappen. Dernier après une crevaison suite à un deuxième accrochage, avec la Mercedes de Valtteri Bottas cette fois, le Néerlandais a réussi à remonter jusqu'à la sixième place après avoir multiplié les dépassements.

"J'ai pris un bon départ, mais j'ai ensuite percuté Lewis, il a freiné très sèchement en arrivant dans le virage, et je n'ai pas pu l'éviter, il a freiné trop fort, a détaillé le pilote Red Bull. J'ai dû sortir de la piste, aller dans l'herbe, et on a ensuite un peu rétrogradé dans le classement. La course n'était pas finie, mais quand j'ai dépassé Valtteri, on s'est touché et cela a provoqué une crevaison. On a évidemment perdu beaucoup de temps en faisant tout un tour avec cette crevaison, et revenir à la sixième place, avec un seul arrêt aussi tôt dans la course, ce n'est pas mal."

Le prochain Grand Prix, ce sera déjà dans une semaine, sur le circuit d'Austin, aux Etats-Unis.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK