Un écrou, puis une attache d'échappement défaillants : cette fois, McLaren ne peut plus accabler Honda

La MCL33 de Stoffel Vandoorne
2 images
La MCL33 de Stoffel Vandoorne - © JOSE JORDAN - AFP

Comme l'an dernier, McLaren vit des débuts d'essais hivernaux compliqués. Mais cette fois, pas question d'accabler la fiabilité ou le niveau de performance du moteur Honda, comme c'était le cas en 2017 : les Japonais sont partis, et le power unit Renault, qui a remplacé son homologue nippon, semble fonctionner parfaitement. Au contraire d'autres ("petites") pièces, dont les défaillances sont lourdes de conséquences...

Lundi, c'est à cause d'un "problème d'écrou", comme indiqué dans le communiqué officiel de l'écurie, que Fernando Alonso a perdu la roue arrière droite de sa MCL33, qui a terminé sa course dans le bac à graviers après six tours seulement. Erreur humaine, ou pièce défaillante ? "Un petit problème, mais voir une voiture à l'agonie, c'est très visuel !, a minimisé le pilote espagnol. Par contre, les voitures en pièces dans les garages, ça, personne ne les voit..."

Malgré cet imprévu, le double Champion du Monde a réussi à boucler 51 tours de piste lundi et à accumuler de précieuses informations avant de céder le volant à Stoffel Vandoorne, qui s'est installé dans le baquet de la McLaren à moteur Renault mardi matin.

Après l'écrou, c'est une attache d'échappement qui "fout le camp"

Et la matinée de Stoffel Vandoorne s'est parfaitement déroulée : à l'aise dans sa monoplace, le pilote belge a récolté de nombreuses informations, procédé à différents tests "aéro".

Il s'est même permis de chausser les gommes hyper tendres pour claquer un temps : 1:20.325, soit un chrono plus d'une seconde plus rapide que celui qu'il avait signé, en 2017, sur... l'ensemble des tests hivernaux au volant de la McLaren-Honda (1:21.348).

Mais après 37 tours de piste, la McLaren n'est plus sortie du garage... "Nous avons eu un petit problème (Fernando Alonso avait employé les mêmes termes la veille...) avec une attache d'échappement, a précisé Stoffel Vandoorne. L'échappement s'est détaché, et il a soufflé beaucoup d'air chaud sur différents câbles, dont celui du système de freinage électronique. L'équipe a procédé à plusieurs analyses, et cela a pris un peu plus de temps que prévu. Mais ce n'était pas un gros problème."

Toujours est-il que deux "petits problèmes" en deux jours, ça fait tache. La McLaren version 2018 n'a pour l'instant bouclé que 88 tours de piste, alors qu'à titre de comparaison, la Toro Rosso à moteur... Honda en a avalé quasiment le double, soit 175.

La Ferrari de Kimi Raikkonen et Sebastian Vettel, qui est la monoplace la plus assidue depuis le début de ces essais hivernaux, comptabilise pour sa part 178 tours au compteur.

S'il n'y a pour l'instant pas péril en la demeure du côté de chez McLaren, ils comptent déjà un retard de temps en piste très conséquent (50%) par rapport à Ferrari, Mercedes, Red Bull, Williams ou encore Toro Rosso. Il ne faudrait pas que d'autres "petits problèmes" viennent encore enrayer la machine d'ici la fin des essais hivernaux...

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK