Un départ "effrayant", un "cauchemar" de gérer ces pneus... Et pourtant, Hamilton a gagné !

Lewis Hamilton (Mercedes), qui avait rétrogradé de la troisième à la cinquième place du Grand Prix du Mexique après un contact avec Max Verstappen (Red Bull) dès le premier virage, a réussi à s'imposer à Mexico grâce à un coup de génie stratégique (un seul changement de pneus, très tôt dans la course), et ce, malgré une Flèche d'Argent endommagée...

"J'ai pris un très bon départ à vrai dire, je me suis retrouvé derrière Charles, mais Seb (Vettel, ndlr) voulait garder sa position, a détaillé le quintuple Champion du Monde au micro de la RTBF. Je me suis dit, "je n'ai nulle part où aller", j'étais sur la ligne blanche, et il continuait de se rapprocher. J'ai donc dû éviter le contact, je suis allé dans l'herbe, j'ai presque perdu le contrôle dans la ligne droite, ils se sont échappés alors que moi, j'étais attaqué par plusieurs voitures. Et puis, dans le premier virage, il y avait Max. J'ai été violemment percuté sur le côté, par Max, évidemment, et on est passé dans l'herbe. J'ai cru que c'était fini. Mais j'ai réussi à garder le cap, j'ai continué à tout donner, et c'était très sympa, même si c'était un peu effrayant !"

Et puis, il y a ce changement de gommes, très tôt dans la course... "On avait même prévu de s'arrêter encore plus tôt que ça ! Et grâce à Dieu, on ne l'a pas fait... Avant mon premier arrêt, c'était super de réussir à suivre le rythme de Seb, je me sentais bien, et je me suis dit, "mais quand vont-ils me faire rentrer ?", parce que j'étais à deux secondes, et que si lui rentrait avant moi, j'aurais été en difficulté... Mais il m'a sauvé de l'undercut. Quand j'ai vu qu'il rentrait seulement dix ou douze tours plus tard, je me suis dit, "là, on a un problème !", parce que je ne savais pas si mes pneus tiendraient le coup. J'ai vraiment dû conduire d'une manière très propre : aucune erreur, faire très attention aux pneus à l'arrière, tout en gardant ceux à l'avant dans de bonnes conditions, c'était un cauchemar ! Surtout avec une voiture endommagée après le contact avec Max."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK