F1 : Sebastian Vettel et son stage dans une ferme bio

Le lancement de la saison de F1 2020 avait eu lieu le 5 juillet en Autriche, cela à cause de la crise liée au coronavirus. Un démarrage, avec quatre mois de retard, qui a poussé de nombreux pilotes à se mettre à l’e-sport, en enchaînant les courses virtuelles.


►►► À lire aussi : Sebastian Vettel quitte Ferrari en chanson... et sur quelques fausses notes


Sebastian Vettel, a préféré une activité réelle, il est parti en stage dans une ferme biologique, une information dévoilée sur le site motorsport.com.

"Comme j’avais plus de temps que prévu, j’ai réfléchi à ce que je pouvais faire et à ce qui m’intéressait", a expliqué le pilote allemand.

"À un moment donné, on se rend compte que tous les légumes ne sont pas les mêmes, que toutes les pommes n’ont pas les mêmes nutriments, et on se demande alors pourquoi. Puis on réalise très vite d’où viennent les pommes et comment elles mûrissent. C’est comme ça que les portes se sont ouvertes pour moi. La théorie m’intéresse, et je lis beaucoup à ce sujet. Mais apprendre le côté pratique et discuter avec des gens qui s’en occupent au quotidien, c’était très intéressant."

De quoi oublier aussi un peu l’ambiance tendue que Sebastian Vettel vivait chez Ferrari. Passé chez Aston Martin, le quadruple champion du monde, vient d’être nommé ambassadeur de BioBienenApfel, un projet qui cherche à protéger les habitats des insectes.

Pas encore prêt à troquer son baquet pour un tracteur

Il a aussi affirmé qu’il souhaitait se lancer dans l’agriculture biologique, chez lui en Suisse, il a expliqué vouloir cultiver un pré en forme de cœur pour ses deux petites filles, Emilie et Matilda : "Comme je ne voulais pas me contenter d’un petit cœur, j’en ai tracé un plus grand", raconte-t-il. "Les filles étaient là au début, mais ensuite je me suis retrouvé seule avec la bêche et c’était épuisant. L’année dernière, un petit bout en est sorti, mais j’ai hâte de voir plus de choses pousser cette année."

Le pilote de 33 ans n’est pas encore prêt à troquer son baquet pour un tracteur mais il attend avec impatience ses premières tomates bio.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK