Parfois, une course de Formule 1 à Monaco finit... en pugilat

George Russell (Williams) a remporté dimanche soir le GP de Monaco de Formule 1 virtuel, la 5e manche de l'Esports Virtual Grand Prix. Il a largement devancé Esteban Gutierrez (Mercedes), 2e, et Charles Leclerc (Ferrari), 3e. Une course de gala, comme toutes les autres de la saison, que vous avez pu suivre en direct sur les antennes de la RTBF.

Alors que les manches précédentes nous offraient un spectacle particulièrement intense, notamment une lutte exceptionnelle entre Leclerc et Alex Albon (Red Bull) à Interlagos, au Brésil, où les deux hommes se sont échangés le leadership une trentaine de fois, l'épreuve monégasque a elle pris une tournure bien différente. La finesse a laissé place à la robustesse.

En effet, le tracé étant urbain et permettant en théorie peu de dépassements au vu de la faible largeur de la piste, les pilotes, Lando Norris (McLaren) et Gutierrez en tête par exemple, ont opté pour le plan B : le passage en force. Je te pousse dans un virage à droite, tu me repousses dans le virage suivant à gauche : le spectacle était étonnant et prenait des allures de pugilat à certains moments.

Comment est-ce possible ? Pour une simple raison. Au contraire des pilotes Esport professionnels, les dégâts ne sont pas activés pour la course réunissant les pilotes F1 et des invités. Tout est presque permis donc, avec l'avantage dans le cas de Monaco d'être maintenu sur la piste grâce aux rails de sécurité (ndlr : en jeux vidéos, l'utilisation des rails pour gagner du temps s'appelle 'Wall it') jonchant le parcours de 3.337 kilomètres. Les pénalités de temps infligées par l'organisation aux pilotes ne semblaient pas les dissuader de tenter des manoeuvres parfois plus osées les unes que les autres.

Pas perturbés par la situation, de nombreux joueurs ont toutefois joué le jeu à la régulière, à l'image de Thibaut Courtois, gardien des Diables rouges et du Real Madrid, qui s'en est à nouveau bien tiré et a récolté la 13e place finale, au volant d'une Alfa Romeo, dans les rues de la Principauté.