"On ne dépasse pas comme ça", regrette Leclerc

"On ne dépasse pas comme ça", regrette Leclerc
"On ne dépasse pas comme ça", regrette Leclerc - © JOE KLAMAR - AFP

Charles Leclerc (Ferrari), longtemps en tête du Grand Prix d'Autriche, a vu ses espoirs de victoire s'envoler quand Max Verstappen (Red Bull) l'a dépassé de manière virile au 69e tour. S'il reconnait la supériorité de Red Bull, le Monégasque estime que le Néerlandais y est allé un peu fort.

"Dans l'ensemble, la course n'était pas mauvaise. On aurait peut-être pu rester plus longtemps sur le premier jeu de pneumatique. Mais on pensait que Valtteri (Bottas) était la plus grosse menace. Finalement, Max est resté beaucoup plus longtemps en medium.  Et en fin de course, on a été en difficulté. Mes pneus se dégradaient un peu plus que prévu ce qui a permis à Max (Verstappen) de revenir."

Sur le dépassement décisif, Leclerc n'est pas d'accord avec les commissaires qui ont décidé - après la course - de ne pas sanctionner Mad Max. "Je suis "J'étais à l'extérieur, comme au tour précédent. D'ailleurs, au tour précédent, tout s'était bien passé. Il avait laissé un espace de la largeur d'une voiture en sortie de virage. Il n'a pas fait la même chose au tour d'après, donc nous nous sommes touchés, j'ai dû sortir au large et donc je n'avais plus ensuite la possibilité de le doubler à mon tour. C'est dommage ! (...) Dans l'ensemble, Red Bull était très rapide aujourd'hui (dimanche), meilleure que nous pour préserver ses pneus. Est-ce que je pense que le dépassement était dans les règles ? Je ne le pense pas mais je crois qu'à la fin le résultat aurait probablement été le même. C'est juste qu'on ne dépasse pas comme ça, je pense !"

Ferrari, qui juge la décision "mauvaise", ne fera cependant pas appel contre le verdict des commissaires. "Mon avis est qu'il s'agit d'une mauvaise décision", a en effet déclaré le directeur de la scuderia Mattia Binotto. "Max avait la place pour passer, mais a poussé Charles (Leclerc) hors de la piste. Il a donc transgressé le règlement. Mais si ce n'est pas l'avis des juges, il faut néanmoins respecter celui-ci. Donc bravo Max, qui a d'ailleurs fait une course fantastique, comme Charles, lequel aura d'autres opportunités. Ne pas faire appel, c'est mieux pour le sport. On tourne la page..."

Ce qui n'empêchera pas d'autres incidents et accidents de survenir encore lors des prochaines courses.

"Sans doute", admet Binotto. "Mais comme nous l'avons souvent dit, il faudrait laisser les pilotes libres de se battre. C'est ce que je crois, même si je ne suis peut-être pas heureux de la décision. Mais elle est bonne pour le sport et pour la F1."

Il va de soi que dans le clan de Red Bull, Christian Horner, l'homologue de Binotto, se félicitait lui sans réserve, de la décision des commissaires, de ne pas sanctionner le dépassement controversé de son pilote-vedette.

"Max a passé Charles au freinage, et était devant à la corde", expliquait-il. "C'était donc à l'autre pilote de lâcher, et c'est ainsi que Tom Kristensen et les autres commissaires l'ont vu. Tant mieux..."

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK