Monaco 2016 : Ricciardo manque la victoire... car ses mécanos l'ont oublié

Ce dimanche devait se tenir l'édition 2020 du Grand Prix de Formule 1 de Monaco. Le coronavirus est passé par là et a contraint les organisateurs à purement et simplement annuler la course. Plongeons tout de même dans la 74e édition de l'épreuve, en 2016, remportée d'une drôle de manière par Lewis Hamilton.

Dimanche 29 mai 2016. Il pleut des cordes sur le tracé monégasque. La meute s'élance derrière la voiture de sécurité, à commencer par Daniel Ricciardo, auteur de la pole position la veille devant Nico Rosberg et Lewis Hamilton, les deux pilotes Mercedes. Au bout de huit tours (sur 78), la safety car s'efface.

L'Australien est en confiance et réalise une première partie de course exemplaire du côté de Monte Carlo. Mais les conditions sont très piégeuses : Jolyon Palmer (Renault), Kimi Raikkonen (Ferrari) et Max Verstappen (Red Bull) en font les frais. Rosberg, de son côté, patauge et laisse passer son équipier Hamilton (consigne d'équipe oblige). La pluie perd en intensité : tout le monde se glisse dans la pitlane... sauf Hamilton, toujours en pneus pluie. Ricciardo, dorénavant chaussé de gommes intermédiaires, revient fort sur le pilote britannique, mais ne parvient pas à le déborder.

>>> LIRE AUSSI Monaco 1982 : 5 pilotes en tête dans les 2 derniers tours, un final incroyable !

C'est la mi-course : Hamilton rentre (enfin) pour installer des pneus pour piste sèche sur sa Mercedes. Ricciardo fait de même quelques tours plus tard... mais les pneus ne sont pas prêts ! Les mécaniciens s'affairaient encore à préparer ceux-ci. Grave erreur de timing. L'Australien de chez Red Bull perd une dizaine de secondes dans l'aventure... et ressort de peu derrière Hamilton. Ricciardo devait gagner cette course, il allait probablement le faire, mais le sort en a décidé autrement. Malgré plusieurs nouvelles offensives, Hamilton parvient à contenir les assauts du pilote Red Bull et s'impose pour la deuxième fois dans la Principauté. 

Sergio Perez, avec une bonne stratégie, récolte la 3e place, devant Sebastian Vettel (Ferrari) et Fernando Alonso (McLaren). Plus loin, Nico Hulkenberg pique la 6e place à Rosberg à même la ligne d'arrivée. "Ils m'ont appelé, ils auraient dû être prêts", regrettait Ricciardo, dont tout le week-end a été qualifié de "phénoménal" par le vainqueur lui-même après la cérémonie du podium.

Revivez d'autres éditions marquantes du GP de Monaco