McLaren se sépare de Honda et roulera avec un moteur Renault en 2018

McLaren se sépare de Honda et s'engage Renault
McLaren se sépare de Honda et s'engage Renault - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

C'est désormais officiel, McLaren et Honda ont mis un terme à leur collaboration. Après trois saisons décevantes et une multitudes de casses moteur, ce divorce paraissait inéluctable. L'écurie britannique s'est lié pour la trois années à venir avec Renault.

En 2015, le motoriste japonais et l'écurie britannique se retrouvent. Avec un rêve, revivre la période glorieuse de la fin des années 80-début des années 90. Le duo avait remporté quatre titres en cinq saisons. La deuxième union a été beaucoup moins fructueuse.

Problèmes de fiabilité, performances en berne, les dernières saisons ont tourné au cauchemar pour les pilotes. Sans le moindre signe d'amélioration. En 2017, Fernando Alonso et Stoffel Vandoorne ont cumulé autant de points que d'abandons (11). Sans compter les deux Grands Prix (Alonso en Russie et Vandoorne à Bahreïn) où ils n'ont carrément pas pris le départ.

L'Espagnol ne cachait d'ailleurs plus son agacement. On se rappellera du coup du transat au Brésil ou de son escapade à Indianapolis au moment du GP de Monaco. Ces dernières semaines, il a même laissé planer le doute sur son avenir en F1, si rien ne changeait.

Depuis plusieurs mois, la rumeur d'une séparation animait le paddock. Il a fallu régler les détails techniques et financiers (Honda amenait une grosse partie du budget et prenait notamment en charge le salaire d'Alonso) mais l'issue était attendue. L'annonce officielle est tombée ce vendredi en marge du Grand Prix de Singapour. 

La nouvelle association McLaren-Renault provoque un effet domino puisque l'écurie Toro Rosso sera elle équipée du moteur Honda. En effet, d'une part Renault ne voulait pas équiper plus de trois teams, et d'autre part les patrons de la F1 ne voulaient pas voir s'en aller complètement Honda pour ne pas perdre un motoriste. 

Autre conséquence de l'accord, Carlos Sainz, actuellement chez Toro Rosso, roulera pour la marque au losange en 2018. "Être pilote de Formule 1 pour l'équipe officielle d'un constructeur est un honneur et j'espère répondre à la confiance de Renault avec de très bonnes performances sur la piste", s'est réjoui le fils de l'ancien champion du monde des rallyes.

Malgré le passé chargé de Renault (591 Grands Prix) et McLaren (814 Grands Prix), c'est la première fois que ces deux marques vont travailler ensemble. "Il s'agit d'une décision stratégique pour Renault Sport Racing", a souligné son président Jérôme Stoll. "Nous sommes fiers d'être parvenus à un accord avec une structure possédant un tel historique en Formule 1", a-t-il ajouté.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

Recevoir