Lewis Hamilton : "Il s'agit d'égalité, pas de politique ou de promotion"

Dimanche à l'issue du Grand Prix d'Autriche disputé à Spielberg, le champion du monde de Formule 1 Lewis Hamilton a réagi avec modération à ses six collègues qui ont refusé de mettre un genou à terre avant le départ.

Max Verstappen, entre autres, est resté debout, tandis qu'un message était lu, dans lequel la Formule 1 se positionnait contre le racisme et la discrimination.

"Personne n'est parfait, mais si nous participons tous et faisons notre part, nous pouvons voir le changement. Je le crois vraiment", a déclaré Hamilton sur Instagram. Le pilote de Mercedes, qui a terminé quatrième en Autriche, a pris une position forte dans le débat sur le racisme et la discrimination ces dernières semaines. "Je peux recevoir des critiques dans les médias et sous d'autres angles, mais ce combat porte sur l'égalité, pas sur la politique ou la promotion".

Avant la course, Hamilton avait une fois de plus expliqué ses vues et ses intentions à ses collègues. Il a également déclaré, entre autres, que "quiconque garde le silence est généralement complice".

Néanmoins, Verstappen (Red Bull), Charles Leclerc (Ferrari), Carlos Sainz (McLaren), Daniil Kviat (Alpha Tauri), Antonio Giovinazzi et Kimi Räikkönen (Alfa Romeo) ont choisi de ne pas mettre un genou à terre. Ils portaient un T-shirt noir sur la grille de départ avec le texte "End Racism". Hamilton était le seul à porter la mention "Black Lives Matter". 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK