Le grand vainqueur du week-end, la Formule 1

Le grand vainqueur du week-end, la Formule 1
Le grand vainqueur du week-end, la Formule 1 - © Tous droits réservés

Il y a une semaine, c’était la foire aux jérémiades...et haro sur la F1. Huit jours plus tard, on s’enthousiasme sur un grand moment de télé, de sport et de suspense. Un GP d’Autriche à ranger dans la catégorie des plus mémorables.

La preuve d’abord que la télévision, souvent décriée de nos jours, reste un média unique quand il s’agit de suivre un événement en direct. Aucun souci d’intégrer les nouveaux médias, mais quoi de mieux que ce bon vieil écran de télé pour suivre un tel spectacle. La preuve aussi qu’il faut arrêter de tirer trop vite des conclusions définitives et assassines sur une discipline qui reste le sommet du sport automobile. Bien sûr le GP de France fut d’un rare ennui, mais ceux de Monaco et du Canada, dans des genres différents, avaient été très sympas à suivre. Et celui d’hier exceptionnel...

Grâce d’abord à un type de circuit qui garde ce côté "old school", garant de courses mouvementées. Tout y était ce week-end.
Des essais libres très agités avec 3 drapeaux rouges sur la seule journée de vendredi. Des qualifs passionnantes avec une grille de départ inhabituelle. Une organisation sans failles. Merci à Monsieur Mateschitz, le grand patron Red Bull, d’avoir invité et encouragé toute la région à participer à la fête. Des tribunes pleines et colorées. Une météo très estivale dans un magnifique décor naturel. De l’émotion avec l’ombre de cette légende autrichienne, Niki Lauda, planant sur tout le week-end. Très belle initiative d’ailleurs des organisateurs d’avoir distribué 60.000 casquettes rouges en hommage au triple champion du monde disparu.

Et puis une course pleine, haletante, à rebondissements, avec une écurie Mercedes étrangement en retrait et un duel somptueux entre deux merveilleux pilotes de 21 ans qui représentent l’avenir de la discipline. Et enfin un incident de course sous investigation.

Charles a laissé la porte un rien entrouverte, Max s’y est engagé et c’était fini pour le Monégasque qui aurait été contraint de lever le pied s’il y avait eu un bac à graviers au lieu de l’asphalte. Je ne cherche à convaincre personne, je respecte tous les points de vue... sauf ceux des anonymes agressifs qui déversent leurs frustrations sur les réseaux sociaux et que je n’écoute jamais. Je vous donne simplement mon avis...

"Racing incident, racing incident et encore racing incident..." Leclerc et Verstappen se sont expliqués comme autrefois sur les pistes de karting ,... à la limite de tout en nous offrant la F1 qu’on aime. Merci aux stewards de ne pas avoir gâché la fête. Et surtout ne comparons pas l’incident d’hier avec ceux du Castellet ou de Montréal. Ils sont différents. Mais pour moi, tous des racing incidents.

Dans 15 jours, place au GP d’Angleterre, à Silverstone..., un tracé qui devrait convenir à Ferrari. Et si Leclerc, à nouveau si proche de ce premier succès qu’il mérite, et Vettel, peu servi par la chance et son team à Spielberg, venaient à nouveau chatouiller les Flèches d’argent... Nous, des GP comme en Autriche, on en redemande...

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK