Le GP du Canada, le plus populaire de la saison

Le 7ieme rendez-vous de la saison nous fait traverser l’Atlantique pour rejoindre Montréal au Québec. Le Grand-Prix du Canada est certainement un des plus populaires dans le caravane des suiveurs de la F1.

Le circuit Gilles Villeneuve - le père de Jacques s’y est imposé en 1978 - offre toujours des courses mouvementées, le cadre sur l’Ile Notre-Dame le long du fleuve Saint-Laurent est enchanteur, la ville de Montréal vit au rythme de la F1 pendant toute la semaine comme nulle part ailleurs et les locaux à l’accent suave sont particulièrement accueillants.

Le stade olympique et sa célèbre tour inclinée est toujours visible au loin sur la route du circuit et à chaque fois cela me rappelle quelques souvenirs d’enfance avec les 2 médailles d’argent d’Ivo Van Damme en athlétisme lors des Jeux 1976.

Tant qu’on parle de souvenirs, comment ne pas évoquer ce Grand-Prix de folie en 2011 où Jenson Button, présent ce week-end comme consultant d’une télé anglaise, s’était imposé en passant Vettel parti à la faute dans le dernier tour. Mais surtout ce Grand-Prix reste et restera à jamais le plus long de l’histoire.

4 heures 4 minutes de course avec safety car, drapeau rouge et tutti quanti. J’étais seul en cabine et avais dû tenir le coup pendant cet interminable épisode. C’est là que mon fameux carnet magique, regorgeant d’informations diverses, avait eu son plus grand effet !

Plus le Grand-Prix durait et plus l’audience augmentait..alors qu’il ne se passait rien...mais les téléspectateurs s’étaient donnés le mot et venaient voir combien de temps votre serviteur allait encore pouvoir tenir... Un grand souvenir parmi tant d’autres...

Je me souviens aussi de cette soirée exceptionnelle où Jacques Villeneuve m’avait invité en assez petit comité ici à Montréal pour aller déguster le nouveau vin qu’il voulait lancer sur le marché. J’ai toujours entretenu d’excellentes relations avec le champion du monde 1997 dont j’apprécie l’humour et le franc-parler. Il m’a toujours super impressionné avec sa faculté de passer instantanément à l’accent canadien dès qu’il rencontre un local...C’est sidérant.

Je l’ai parfois retrouvé aussi lors de soirées bruxelloises ou à Villars en Suisse où il m’avait invité avec Garou et d’autres pour un événement coïncidant avec sa période chanteur...

Je me rappelle aussi de la première victoire de Thierry Boutsen en 1989. Je ne couvrais pas encore la F1 mais j’avais dû aller l’accueillir à son retour à l’aéroport à Bruxelles pour le journal télévisé.

De la seule victoire de Jean Alesi, le jour de son anniversaire en 1995. Fou de joie, il avait balancé son casque dans la foule...avec tout l’équipement radio qui s’y trouvait...

Ou de l’accident sérieux d’Olivier Panis en 1997. Avec mon cameraman on était parti aux nouvelles à l’hôpital du Sacré Cœur où on lui avait diagnostiqué des fractures aux 2 jambes. Et que dire de la folle embardée de Robert Kubica avec sa Sauber en 2007, un an avant sa (seule) victoire ici même.

Je commentais avec Thierry Tassin et pendant un long moment, on a vraiment craint le pire... Ce sera le 40ieme Grand-Prix à Montréal. Seuls Monza (68), Monaco, Silverstone, Spa Francorchamps (51) et le Nürburgring ont accueilli plus d’épreuves du championnat du monde.

En théorie, le circuit canadien devrait mieux convenir à Ferrari. Encore faudra-t-il être à la hauteur au niveau opérationnel et stratégique chez les Rouges pour espérer ébranler un peu l’incroyable domination Mercedes.

D’autant que les Flèches d’argent devraient être équipées ici de leur première évolution moteur. Je suis impatient aussi de voir comment Max Verstappen se comportera, lui qui effectue son meilleur début de saison avec 2 troisièmes places et 4 quatrièmes.

On se retrouvera entre autres sur la 2, pour le direct des qualifs et de la course, samedi à 19h55 et dimanche dès 19h40 avec Warm-up.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK