Hongrie 2003 : Le phénomène Alonso inaugure son palmarès en patron

Après deux manches en Autriche, le championnat du monde de Formule 1 se déplace ce week-end en Hongrie. Le tracé de Budapest, un excellent souvenir pour Fernando Alonso, c'était en 2003 notamment.

>>>> LIRE AUSSIHongrie 1990 : Solo exceptionnel de Boutsen, impérial face à son ami Senna

24 août 2003. Le circuit de l'Hungaroring, long de 4.381 kilomètres, va confirmer l'émergence d'un phénomène de la discipline : Fernando Alonso. Tout commence bien pour l'Espagnol arrivé en F1 deux saisons plus tôt. Le natif d'Oviedo, au volant de sa Renault, décroche la pole position en 1 minute 21 secondes et 688 millièmes, devant Ralf Schumacher (Williams-BMW), Mark Webber (Jaguar-Cosworth), Juan Pablo Montoya (Williams-BMW), Rubens Barrichello (Ferrari) et Jarno Trulli (Renault).

Alonso est déchainé et son départ, pour 70 tours, est absolument époustouflant. Il prend directement une avance confortable tandis que les principaux candidats au titre, Montoya et Michael Schumacher (Ferrari), seulement 8e sur la grille, tentent de remonter. Le leader hausse aussi son niveau au volant de sa Renault et personne ne parvient à prendre son sillage. Son rythme est idéal, Webber, 2e, concède du temps à chaque tour. Pire, l'Australien bouchonne la meute, incapable de déborder la Jaguar sur ce circuit exigu.

Gros incident au 19e tour : la roue arrière gauche de Barrichello se désolidarise du bolide rouge au bout de la ligne droite de départ. Le pilote brésilien du team Ferrari va s'empaler, à pratiquement 300 km/h, dans les pneus prévus à cet effet. Toute grosse chaleur pour Rubinho. Des émotions, Alonso n'en ressent lui que des positives durant ce GP. Il cède certes son fauteuil de leader durant un tour, au profit de Kimi Raikkonen (McLaren-Mercedes), mais récupère son bien dès la boucle suivante.

Impressionnant et irrésistible, l'Espagnol s'impose devant Raikkonen et Montoya. Avec une maitrise déconcertante, à 22 ans et 26 jours, Alonso empoche son tout premier succès dans la discipline, devenant alors le plus jeune lauréat d'un GP (Max Verstappen le détrônera, à 18 ans et 227 jours, en 2016 à Barcelone). Finalement huitième de la course, Michael Schumacher obtiendra le titre en fin de saison.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK