Grande-Bretagne 1957 : Moss pique le bolide de son équipier et gagne une course folle

Le Grand Prix de Grande-Bretagne 2020 de Formule 1 se tiendra dimanche sur le tracé de Silverstone. Mais cette piste n'a pas toujours accueilli son GP national, comme en 1957 par exemple, quand Stirling Moss gagnait une épreuve surprenante.

20 juillet 1957, circuit d'Aintree, dans la région de Liverpool. Place au Grand Prix de Grande-Bretagne, qui est par ailleurs aussi le GP d'Europe cette année-là. Il a plu durant la matinée, mais la piste est sèche lorsque le départ, pour 90 tours, est donné. Auteur de la pole position sur le tracé de 4.828 kilomètres, Stirling Moss (Vanwall) guide la meute dès les premiers mètres. Le Britannique est surpris par le Français Jean Behra (Maserati), mais récupère son bien très rapidement. Tony Brooks (Vanwall) occupe le troisième rang.

>>>> LIRE AUSSIGrand Prix de F1 de Grande-Bretagne : Le palmarès, les vidéos

Moss adopte un bon rythme et construit, petit à petit, un avantage intéressant sur ses poursuivants. Il était toutefois écrit que les faits de course allaient s'en mêler. Au 22e tour, le moteur de la Vanwall du Britannique ne tourne plus correctement. Moss file dans la voie des stands, s'immobilise le temps d'une vérification par ses mécaniciens puis repart. Pour un tour seulement car le pépin est toujours bien présent. On va alors assister à un événement autorisé à l'époque, mais qui semblerait complètement anachronique aujourd'hui. Brooks, blessé récemment à la jambe et coincé au 6e rang, lance également sa Vanwall dans la voie des stands. Les deux équipiers vont donc... échanger leurs bolides. Moss, candidat à la couronne mondiale et grand vainqueur de cette manoeuvre, repart avec la 'bonne' monoplace et cède la plus récalcitrante à Brooks (qui ne verra finalement pas l'arrivée).

Dorénavant associé à un engin capable de rivaliser avec les autres concurrents, Moss, reparti 9e à plus d'une minute de la tête, peut alors entamer sa remontée. Le pilote né dans la région de Londres croque ses adversaires en améliorant régulièrement le meilleur chrono de la course. Juan Manuel Fangio (Maserati) et Luigi Musso (Ferrari), par exemple, ne peuvent rien face au chasseur Moss. Les péripéties reprennent au 70e tour ! L'embrayage du leader Behra le lâche tandis que Mike Hawthorn (Ferrari), 2e, roule sur des débris laissés par le leader, le forçant à retourner vers son box. Moss vient de déborder Stuart Lewis-Evans (Vanwall) et retrouve donc la tête de la course. Un scénario hautement improbable.

Avec un avantage considérable, lié notamment à l'abandon de Lewis-Evans, Moss gère les vingts derniers tours et remporte un GP rempli de rebondissements, devant Musso et Hawthorn. Le Britannique, comme le prévoit le règlement, partage les points de sa victoire avec son équipier Brooks.

Vice-champion du monde de F1 à quatre reprises entre 1955 et 1958, Moss a remporté 16 victoires dans sa discipline. Il est, à ce jour, le pilote le plus victorieux sans titre mondial, d'où son surnom 'le champion sans couronne'. Il s'en est allé en avril dernier à l'âge de 90 ans.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK