Gaëtan Vigneron : "Ferrari favori, oui mais..."

Gaëtan Vigneron sur le début de saison en F1
Gaëtan Vigneron sur le début de saison en F1 - © Belga

Ferrari est le vainqueur des essais hivernaux avec une voiture bien née qui met ses pilotes en confiance. A noter tout de même quelques soucis de fiabilité. Attention parce que comme disent les anglais, “To finish first, you have first to finish” (Pour terminer premier, il faut d’abord terminer).

En 2018, la Ferrari était bien aussi et ses pilotes bons également. Et pourtant...

Ce qui a surtout changé, c’est l’atmosphère dans le team. Le nouveau Patron, ancien directeur technique des Rouges, Mattia Binotto, évoque le plaisir, la joie de travailler et de se sentir bien dans son cadre professionnel (le “feel good factor”).

C’est capital, dit-il, qu’un Chef donne cet environnement harmonieux à ses troupes pour pouvoir en extraire le plein potentiel. C’est bien connu, quand il y a une culture toxique dans le haut du service, cela impacte toujours les étages inférieurs. Certains confrères anglais osent même la comparaison avec Manchester United où Solksjear (qui a remplacé Mourinho) a  insufflé une nouvelle philosophie, ramené l’ambiance et la confiance dans son équipe...et les résultats sont revenus.

Cela dit, aucun point n’a encore été attribué et quelques sérieuses tâches attendent le nouveau responsable de la Scuderia. Assurer la continuité technique et gérer les répercussions de sa promotion comme Team Principal sur le département technique. Et assurer la course au développement.

Établir ce nouveau contrat de confiance avec Vettel, l’aider à gérer au mieux ses émotions. C’est pour cela qu’il lui a donné, au départ, un statut privilégié par rapport à Leclerc. Le jeune monégasque accepte mais on le sent impatient de prouver qu’il peut déjà rivaliser avec un équipier quadruple champion du monde. Faudra gérer cela aussi.

Comme la première crise, le premier couac, la première erreur. Il faudra maintenir le cap. Mercedes n’est pas favori mais leur méthode de travail a fait ses preuves. Et leur guide, Toto Wolff est passé maître dans l’art de mettre ses troupes dans les meilleures conditions pour les voir performer au plus haut niveau.

N’oublions pas non plus Red Bull Honda, qui joue la carte de la discrétion et de la confiance . En un mot comme en cent, que la fête commence...

Une fête gâchée par la disparition inopinée de Charlie Whiting, l’emblématique directeur de course de la F1. La F1 est une grande Famille et un de ses membres l’a quittée brutalement.

Normal que les autres membres soient sous le choc.. C’est un des charmes de cet univers certes concurrentiel, impitoyable, international mais quand  quelque chose de grave survient, il y a comme une réaction de rapprochement de tous ceux qui composent la tribu. Salut Charlie.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK