Furieux, Verstappen bouscule Ocon... et écope de "deux jours de service public"

Le Britannique Lewis Hamilton, déjà sacré il y a quinze jours au Mexique, a remporté dimanche à Sao Paulo le Grand Prix du Brésil et permis à Mercedes de décrocher le titre au Championnat du monde des constructeurs de Formule 1.

L'écurie dirigée par l'Autrichien Toto Wolff a conquis sur le circuit d'Interlagos son cinquième titre d'affilée des constructeurs, signant le doublé avec celui des pilotes pour la cinquième année consécutive.

Il s'agit du 72e succès en carrière pour Hamilton, vainqueur devant le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull) et le Finlandais Kimi Raikkonen (Ferrari).

Depuis l'introduction du moteur V6 hybride en 2014, la marque à l'étoile a remporté tous les titres pilotes et constructeurs, ainsi que 73 succès en 99 courses. "Les gars ont travaillé de manière incroyable depuis six ans, cela a été un formidable voyage avec eux", s'est félicité Hamilton avant de monter sur le podium.

Le principal coup de théâtre s'est produit au 43e tour, quand Verstappen, confotablement en tête, a été accroché par le Français Esteban Ocon (Racing Point Force India), retardataire, au 2e virage dans le "S" de Senna.

Parti en tête à queue, le Néerlandais, dont le fond plat a été endommagé, a alors été passé par Hamilton. "Quelle putain d'idiot!", s'est-il exclamé dans sa radio de bord au sujet du Français.

Une fois descendu de sa monoplace, Verstappen, qui s'était imposé au Mexique, en est presque venu aux mains avec Ocon, qu'il a poussé à plusieurs reprises, recevant le soutien du public, qui a sifflé la victoire de Hamilton.

"Nous aurions dû gagner aujourd'hui", a déploré Verstappen, qui n'a pas célébré sa 2ème place sur le podium. Convoqué, tout comme Ocon, pour s’expliquer face aux commissaires de course, Verstappen devra finalement s’acquitter de "deux jours de service public", comparables à deux journées de travail d’intérêt général, à effectuer durant les six prochains mois, au service de la FIA.

Red Bull disposait ce week-end au Brésil de la meilleure voiture en partie grâce à une moindre dégradation des pneumatiques qui lui a permis de suivre des stratégies décalées.

Son pilote australien Daniel Ricciardo, parti de la 11e place, a terminé 4e devant le Finlandais Valtteri Bottas (Mercedes) et l'Allemand Sebastian Vettel (Ferrari).

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK