Formule 1 : Honda tire la prise… une bonne chose pour personne

Un édito de Gaetan Vigneron
Un édito de Gaetan Vigneron - © Belga Image RTBF

L’effet d’une bombe, cette annonce du retrait de Honda fin 2021 ? Pas vraiment puisque l’on savait que le motoriste japonais s’interrogeait sur son futur dans la catégorie reine des sports moteurs et n’avait resigné avec Red Bull et Alpha Tauri que pour une saison supplémentaire.

C’est assurément une mauvaise nouvelle pour la Formule 1 qui se trouvera en principe avec 3 motoristes en 2022, l’année du début de la nouvelle F1 avec un nouveau règlement et de nouvelles orientations censées réduire les coûts et rebooster le spectacle (pas mauvais cela dit en cette saison si particulière).

En soi, le départ d’un constructeur n’a rien d’exceptionnel, cela a toujours existé. Ils vont et viennent en fonction de beaucoup de paramètres.

Et de la personnalité du Patron, plus ou moins sensible à la F1.

Il semblerait dans le cas présent que les opinions étaient très partagées mais c’est le Board qui a eu le dernier mot à la grande déception de toute une partie des employés favorables à la poursuite du programme.

C’est tout de même l’occasion pour la F1 de se poser certaines questions fondamentales, dont par exemple celle de savoir s’il faut vraiment baser ses structures sur des constructeurs qui risquent à tout moment de revoir leurs priorités.

Honda va donc s’en aller sans avoir (à moins qu’en 2022) atteint son objectif d’être champion du monde.

Revenu en 2015 avec Mc Laren, Honda est arrivé trop tard sur le projet V6 turbo hybride et a sans doute un rien sous-estimé le challenge énorme de la F1 moderne.

La (non) collaboration avec Mc Laren fut un fiasco total.

Mais tout a changé avec le partenariat avec Toro Rosso (aujourd’hui Alpha Tauri) en 2018 et puis avec Red Bull en 2019.

Trois victoires en 2019 avec Verstappen et deux podiums avec Toro Rosso.

Deux autres victoires en 2020 avec Verstappen et sa Red Bull en Angleterre et Gasly et son Alpha Tauri en Italie.

Mais cela n’aura pas suffi.

Honda voulait lutter pour le titre avec l’ogre Mercedes qui a encore mis la barre plus haut cette année.

J’ai pourtant le sentiment qu’Honda n’était plus très loin de son objectif et le budget plafond couplé au nouveau règlement 2022 devaient leur donner de sérieux espoirs.

Les moyens humains et financiers déployés ont été énormes… pour un objectif non atteint.

En 2008, Honda avait renoncé alors que Ross Brawn, employé Honda à l’époque, peaufinait les fondations d’une écurie (Brawn ex Honda) qui allait tout gagner l’année suivante.

Ce n’est pas la première fois qu’un constructeur japonais se comporte ainsi. On l’avait vu dans le passé aussi avec Toyota qui avait dépensé des fortunes avant de tirer la prise sans avoir atteint le but fixé.

C’est typique aussi de la période actuelle tellement politiquement correcte. Un rush effréné mais parfois un peu trop radical vers tout ce qui est vert.

Bien sûr c’est bien de lorgner vers les technologies du futur et la neutralité zéro carbone mais tout cela ne va-t-il pas trop vite…

J’ai l’impression qu’il y a encore tellement à faire avant que tout cela soit commercialement viable.

Et la F1 et sa motorisation actuelle n’allaient pas dans un mauvais sens non plus.

En 2026 il y aura un nouveau type de moteur en F1. Le nouveau Patron, Stefano Domenicali, ne peut pas se tromper sur ce coup-là. Il faudra viser juste.

Sans doute, même si les Japonais font mine de le nier, la crise de ce foutu coronavirus a-t-elle joué un rôle également.

Je me demande jusqu’où on ira avant que la vie ne reprenne le dessus…

 

Ce retrait n’est pas une bonne nouvelle non plus pour les deux écuries Red Bull et Alpha Tauri qui se retrouvent sans moteur pour 2022.

Il y a peu de chances de voir arriver un nouveau constructeur.

Mercedes motorisera Aston Martin, Williams et McLaren en 2021 et Ferrari Alfa et Haas.

Ne resterait que Renault… qui serait d’ailleurs obligé réglementairement d’équiper Red Bull si l’écurie autrichienne n’avait vraiment aucun moteur.

Mais au vu de la fin pour le moins mouvementée de leur dernière union, j’imagine que Christian Horner voudra privilégier une autre option.

Certains évoquent même l’idée de garder le bloc japonais mais badgé et exploité autrement.

Si Mercedes fait un pas de côté fin 2021 pour ne rester que fournisseur moteur, Red Bull pourrait alors s’équiper du meilleur moteur sur le marché. A suivre.

En attendant, Honda a promis de développer un nouveau moteur pour leur dernière campagne l’an prochain.

Ce n’est pas l’idéal non plus pour Max Verstappen engagé sur le long terme (2023) avec Red Bull et qui risque de la trouver bien mauvaise et d’activer une clause de sortie pour aller faire valoir ses exceptionnels talents ailleurs. Mais où ?

Décidément une saison 2020 qui n’est pas avare de surprises et rebondissements.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK