F1 : Vettel l’agent 007 d'Aston Martin

Aston Martin est donc de retour en Formule 1. Une marque prestigieuse dont l’agent 007 (Mister Bond… James Bond) n’est pas le seul symbole. Aston était présent en tant que sponsor ces cinq dernières années sur les Red Bull mais ici, c’est tout autre chose. Nouveau changement d’identité pour cette écurie Jordan fondée en 1991, devenue Midland puis Spyker avant d’être rachetée par l’indien Vijay Mallya qui en fera Force India. En 2018, un consortium emmené par le milliardaire canadien Lawrence Stroll sauve l’équipe de la faillite et crée Racing Point. Cette année Racing Point devient Aston Martin qui signe un retour sur la grille après 60 ans d’absence.

Le nouveau Patron se veut très ambitieux, s’appuyant sur une base solide à Silverstone, capable de maximiser les ressources à disposition. Des ressources revues à la hausse avec les nouveaux investisseurs dont la volonté est néanmoins de garder la même philosophie marque de fabrique de ce team depuis ses débuts. Stroll veut faire revivre sportivement et commercialement Aston Martin pour en faire, ni plus ni moins, qu’un rival… de Ferrari.

En 2020, Racing Point était la troisième force du plateau. La "Mercedes rose’’ a fini quatrième au championnat constructeurs à cause d’opportunités manquées et d’une pénalité de points conséquence du dossier saga des écopes de freins non réglementaires. Cette année le partenariat avec Mercedes subsiste et s’intensifie même puisqu’Aston pourra bénéficier en toute légalité de la suspension arrière Mercedes de 2020. La relative stabilité du règlement offre l’opportunité d’encore mieux cerner et exploiter leur machine inspirée de la Mercedes. Il doit rester une marge de progression.

Le fils du Patron, Lance Stroll, est toujours là bien sûr. Ce n’est pas le gars le plus charismatique du paddock mais il vaut mieux que cette étiquette de fils à Papa qui lui colle à la peau et son nouvel équipier, quadruple champion du monde, va certainement le bonifier.

Sebastian Vettel, parlons-en. Ce sera une des attractions de la saison. Parti "la queue entre les jambes’’ de chez Ferrari qui ne lui a pas proposé de nouveau contrat, archi dominé par son jeune collègue Charles Leclerc, l’Allemand s’est lancé dans un nouveau challenge. Les premiers bruits venant de sa nouvelle famille soulignent son implication, son sérieux, sa volonté de bien faire. Vettel a besoin de se sentir désiré, ce qui sera le cas. L’environnement très british d’Aston Martin lui ira à ravir. Il aura à disposition une monoplace avec un train arrière plus stable que son ancienne Ferrari, ce qui conviendra mieux à son style de pilotage. Qui sait s’il ne sera pas une des bonnes surprises de la saison.

L’AMR21 dévoilée aujourd’hui ramène la couleur verte sur les circuits, ce vert so british qui a toujours été la couleur emblématique d’Aston et même des teams britanniques lorsque les courses à l’époque se disputaient sous les couleurs nationales. La présentation virtuelle très attendue et assez théâtralisée a eu lieu au QG de Gaydon en présence de toutes les figures marquantes du team. Dès ce jeudi la voiture sera en piste à Silverstone pour un filming day qui permettra à Vettel et Stroll d’accomplir leurs premiers tours de roues. Dans son petit mot d’introduction, Lawrence Stroll a dit ‘’our ambitions are limitless’’ (nos ambitions n’ont pas de limites)… Je vous avoue être assez impatient de voir tout cela sur les Grand-Prix mais je ne serais pas étonné que les Verts nous apportent quelques belles surprises en 2021.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK