F1 - La nouvelle Red Bull 2021 présentée : échec à Mercedes ou toujours pas...?

La présentation des collections 2021 se poursuit. Au tour aujourd’hui de l’écurie Red Bull que beaucoup considèrent comme la seule capable d’éventuellement mettre fin à la domination Mercedes. Depuis 2014 Red Bull, comme les autres, a dû subir la loi des flèches d’argent devenues noires pour des raisons de bonne communication. Une présentation plutôt discrète et toujours digitale.

L’écurie de Christian Horner sera toujours motorisée par le bloc Honda. Le constructeur japonais, qui tirera sa révérence en fin d’année, veut tout faire pour quitter la F1 sur une note positive et fournira à Red Bull (et Alpha Tauri) un nouveau groupe propulseur initialement prévu pour 2022. Un atout assurément, pour autant que la fiabilité soit au rendez-vous.

Rayon pilotes, Red Bull garde sa star Verstappen au sommet de son art… et désormais amoureux déclaré de Kelly Piquet,…l’ex de Daniil Kvyat. A ses côtés, le Mexicain Sergio Perez, vainqueur de son premier GP en 2020 avec Racing Point. Un pilote expérimenté, régulier, en confiance, maître de la gestion des pneus, qui reçoit la chance de sa vie de pouvoir démontrer son potentiel dans une écurie de pointe. Il débarque dans un team totalement focalisé sur Verstappen, il aura certainement besoin d’un petit temps d’adaptation mais on ne lui demande pas vraiment de battre son illustre équipier mais plutôt d’en être le plus proche et de pouvoir désormais permettre à Red Bull de pouvoir compter sur deux voitures pour lutter contre Mercedes. Ce sera le quatrième équipier de Verstappen chez Red Bull depuis 2018, après Ricciardo, Gasly et Albon qui reste pilote de réserve avec pas mal de boulot au simulateur.

La formation autrichienne a terminé la saison dernière sur une victoire, à Abu Dhabi, un terrain d’habitude favorable aux Mercedes. Il sera capital de surfer sur ce succès et d’enfin commencer la nouvelle campagne sur le bon pied, sans devoir comme ces dernières saisons, se lancer dans une course-poursuite insensée. Red Bull a choisi de poursuivre très tard le développement de sa RB16 de 2020, au contraire de Mercedes qui a stoppé le développement aux alentours du GP de Belgique. D’ailleurs la voiture 2021 s’appelle la RB16B, preuve qu’il s’agit bien d’une évolution de la monoplace gagnante au dernier GP 2020. Reste à espérer que cette approche était la bonne. Que la corrélation entre la soufflerie et la piste ne donnera plus de fil à retordre aux techniciens maison. Red Bull qui a conservé son concept ‘high rake’ (hauteur de caisse plus élevée) alors que Mercedes va dans un sens opposé. Faudra aussi être dans le coup sur tous les types de tracés.

L’écurie sait que si la voiture a le niveau, Verstappen fera le jobLié jusqu’à fin 2023, Max a des clauses de performance dans son contrat et Red Bull a intérêt à lui fournir le matériel qu’il est en droit d’attendre, d’autant que les points d’interrogation concernant le futur d’Hamilton chez Mercedes nourriront d’inévitables spéculations sur l’avenir de Verstappen que Toto Wolff tient en très haute estime. Il ne faudra pas se laisser décontenancer par d’éventuelles rumeurs.

Personnellement j’ai un relativement bon feeling cette année concernant Red Bull et l’impression, ou plutôt est-ce un espoir non avoué, que la bagarre fera vraiment rage entre Mercedes et Red Bull, avec des victoires équitablement partagées, une incertitude sur l’issue finale des débats. Et si Ferrari, à moins qu’Aston Martin, pouvaient parfois y ajouter leur petit grain de sel…, mais c’est déjà une autre histoire.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK