F1 Azerbaïdjan : Trois teams différents aux trois premières places, recette d’un spectacle renversant…

Quel chaos cette séance qualificative… ! Quatre drapeaux rouges… comme en Hongrie en 2016.

Red Bull devant tout le week-end mais piégé par les évènements et les drapeaux… qui font partie du jeu et qui ont empêché Verstappen et Perez de faire leur second tour rapide.

C’est aussi le prix à payer d’un premier run moyen.

Mercedes à la rue sur un tour même samedi matin, sauf dans les toutes dernières minutes de la P3.

Une kyrielle de modifications de réglages après une longue nuit de réflexion ici et à l’usine.

Hamilton qui trouve la bonne recette avec un aileron avec peu d’appui pour une grosse vitesse de pointe en ligne droite (les 2 Mercedes avaient deux set-ups différents) et qui bénéficie de l’aspiration pour se retrouver miraculeusement en première ligne et surtout devant son rival Verstappen.

Ferrari qui clamait à qui voulait l’entendre que Baku allait rimer avec retour sur terre après un très bon week-end à Monaco et voilà Charles Leclerc qui signe une deuxième pole consécutive, ayant lui aussi profité de l’aspiration et d’un dernier drapeau rouge ne permettant à personne d’améliorer.

Trois teams différents aux trois premières places, la Ferrari devant mais en théorie moins bien en conditions course, la Mercedes a priori mieux sur les longs runs et derrière, la Red Bull, sans doute la meilleure voiture des trois mais seulement troisième sur la grille.

Cela promet d’autant qu’ici on peut dépasser.

Et puis il y a les risques de drapeaux, la probabilité de Safety Car et tant d’éléments aléatoires qu’il est difficile de prédire à quoi ressemblera ce GP.

Un coup de cœur, Pierre Gasly quatrième avec son Alpha Tauri, invité dans la Cour des Grands.

RDV sur la Une à 13 heures 55.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK