Débriefing GP de Monaco : Stoffel, de très bonnes choses, mais deux erreurs qui font tâche

Débriefing GP de Monaco : Stoffel, de très bonne choses, mais deux erreurs qui font tâche
Débriefing GP de Monaco : Stoffel, de très bonne choses, mais deux erreurs qui font tâche - © Tous droits réservés

Place  au débriefing du GP de Monaco pour passer en revue les faits principaux du week-end dernier en principauté et d’abord la déception du côté de Stoffel Vandoorne. Le sentiment est mitigé, car il y a d’abord son erreur à Barcelone il y a 15 jours, puis un autre petit accroc en qualification à Monaco. Une faute pour laquelle il faut avoir un peu d’indulgence parce que Stoffel était 7ème et c’est dans la nature des pilotes de tenter de pousser jusqu’à la limite. Enfin, il y a une autre faute en course, on peut l’expliquer, mais cela reste une erreur, cela dit il a tout de même montré de belles choses.

Le plus important c’est peut-être ce qu’il nous expliquait après la course en disant qu’il avait énormément progressé dans sa manière de "construire" un week-end avec ses ingénieurs pour essayer d’avoir la voiture comme il l'aime pour pouvoir être en confiance. Une petite anecdote intéressante, Jenson Button lui a dit "Stoffel, comment peux-tu prendre le départ avec un setup pareil ?" Et Vandoorne lui a dit que c’était quelque chose qu’il parvenait à faire à présent.

Stoffel qui précisait aussi que même à Monaco le déficit moteur était encore assez grand, ce qui est un peu inquiétant pour les pistes à venir.

Soirée américaine chez McLaren

Au Canada, Fernando Alonso récupérera son baquet après son expérience aux 500 miles d’Indianapolis. Une course pour laquelle McLaren avait organisé une soirée américaine dans son hospitality à Monaco en présence notamment de Stoffel Vandoorne et Jérome d’Ambrosio. Alonso qui ne s’est d'ailleurs pas mal débrouillé. Il a mené l’épreuve un instant.

Ferrari a choisi son numéro 1 ?

En ce qui concerne le GP de Monaco, beaucoup estiment que Ferrari a décidé de favoriser Sebastian Vettel, mais tout n’est pas blanc ou noir. C’est quelque chose de difficile à prouver, mais c'est vrai que quand on voit le langage corporel de Kimi Räikkönen après la course on voit en tout cas que le finlandais a compris. Mais au final ce n’est pas vraiment condamnable puisque Ferrari a gagné, la Scuderia a réalisé le doublé et accroît son avantage sur Mercedes au championnat pilotes et constructeurs. Mais en tout cas, l’écurie semble avoir très clairement opté pour un numéro 1.

Enfin, un fait très rare, il n’y a aucune Mercedes sur le podium. Bottas termine 4ème, Hamilton 7ème et en six courses, c’est déjà le deuxième week-end "sans" pour le britannique, à côté de la plaque à Monaco après son mauvais week-end à Sotchi. Il y a deux choses à retenir, il n’y a pas de numéro un aussi clairement établi chez Mercedes. Dans les courses à venir, étant donné que l’écart grandit, ils devront peut-être choisir entre Hamilton ou Bottas. Et puis leur voiture reste très bonne, mais elle semble plus difficile à dompter que les précédentes. C’est un peu inquiétant au vu de la régularité affichée par Ferrari avec un Vettel qui s’est classé premier ou deuxième lors des 6 premières courses de la saison, c'est assez impressionnant.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK