Débriefing GP d'Australie : "Vandoorne n'a pas de temps à perdre"

Débriefing GP d'Australie : "Vandoorne n'a pas de temps à perdre"
Débriefing GP d'Australie : "Vandoorne n'a pas de temps à perdre" - © Tous droits réservés

Trois points principaux pour ce premier débriefing de la saison, et d’abord Stoffel Vandoorne, 18ème sur la grille, 13ème à l’arrivée, il a terminé, c’est le point positif. Mais évidemment on peut se montrer déçu du package McLaren-Honda qui n’est pas compétitif. Le pire c’est que Stoffel n’a rien à se reprocher. Cela dit, à 25 ans, il n’a pas trop de temps à perdre. Il est rare de voir un jeune pilote avec une telle cote de popularité et ce qui est sûr, c’est qu’il mérite une meilleure monture.

L’année prochaine, il devra absolument être au volant d’une voiture compétitive. Le seul bémol, c’est peut-être son côté trop lisse, c’est ce que disent certains journalistes étrangers.

Ferrari est de retour

La bonne nouvelle, c’est qu’il devrait y avoir une lutte entre Mercedes et Ferrari. Peut-être aussi pourra-t-on y adjoindre Red Bull. C’est rare qu’une voiture conçue par Adrian Newey ne profite pas du nouveau règlement, mais il est vrai aussi que l’Albert Park n’était pas le circuit idéal pour l’écurie. Il y a aussi un déficit moteur. Renault a quelque peu comblé son retard, mais il y a tout de même urgence car Max Verstappen et Daniel Ricciardo veulent gagner et n’attendront pas éternellement. Donc soit l’équipe prouve qu’elle peut être au top, soit Max et Daniel iront voir ailleurs en 2018 dans un mercato qui risque d’être assez animé.

Par ailleurs, Ferrari a confirmé ses excellents essais hivernaux. Bon départ de Lewis Hamilton en pole, mais Sebastian Vettel est resté au contact. Hamilton n’a pu faire que 43 millièmes au tour plus rapide que l’Allemand en moyenne alors que le pilote Mercedes avait la voie libre. Vettel était capable de répondre à chaque hausse de rythme du Britannique qui a d’ailleurs dû rentrer au stand six tours avant suite à un souci de grip. Il s’est ensuite retrouvé bloqué derrière Max Verstappen.

La question qui se pose : chez Mercedes, aurait-on dû laisser Hamilton en piste plus longtemps malgré les soucis de gommes? L’équipe championne du monde avait aussi misé sur une rentrée aux stands plus rapide de Verstappen. Mercedes a moins bien géré que Ferrari ces nouveaux pneus 2017, sensibles aux changements de setup. Cela dit l’écart reste minime entre les deux teams.

Mais où sont les dépassements ?

Et puis troisième et dernier point. Cette année, les monoplaces sont plus spectaculaires, plus agressives, plus fun à conduire, c’est évident, mais d’un point de vue spectacle télévisuel, cela n’apparaît pas nécessairement. Il est devenu plus difficile de dépasser et parfois impossible de se rapprocher de la voiture devant à cause des turbulences aérodynamiques. Il faudra sans doute attendre un autre circuit pour se faire une idée plus précise, cela dit quand on pense aux innombrables réunions des "cerveaux" de la F1 pour accoucher de cette règlementation…

Un gosse de 12 ans aurait pu vous dire : "Plus d’appui aérodynamique signifie moins de bagarres, de duels". Tout le monde le sait. C’est assez incroyable, mais comme je vous l’ai dit, attendons les prochains GP pour juger.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK