De plus en plus de sécurité en Formule 1

Le premier mai 1994, Ayrton Senna perdait la vie au Grand Prix de Saint-Marin sur le circuit d'Imola. Le choc est énorme, le monde du sport automobile est bouleversé. Pilotes, directeurs d'équipes et organisateurs des courses de Formule 1 décident alors ensemble de prendre des mesures drastiques pour améliorer la sécurité des pilotes.

La cellule de survie fait son apparition. Il s'agit d'une coque de survie en fibre de carbone quasiment indestructible. Le système HANS, un support pour la tête et le cou devient obligatoire en 2003. Il s'agit d'une sorte de harnais qui retient le casque du pilote en cas de choc violent pour empêcher le coup du lapin. Les casques sont également renforcés suite à l'incident de Felipe Massa au Grand Prix de Hongrie. Le pilote brésilien a été percuté à pleine vitesse par  une pièce perdue par un concurrent. Le drame est évité pour quelques centimètres.

Nouveauté encore en 2015, le Halo. Il s'agit d'une sorte d'arc de cercle en titane et fibre de carbone qui protège la tête du pilote. Le halo pèse 7 kilos et peut supporter 2 tonnes, soit le poids d'un bus anglais. Le halo a été crée suite au décès de Jules Bianchi au Japon en 2014. Le pilote français tape de plein fouet une grue venue chercher une voiture qui avait abandonné. La monoplace passe sous le grue, la tête du pilote plus haute tape le mastodonte. Tombé dans un coma profond, le Français décèdera quelques mois plus tard.

Enfin, cette année les pilotes devront porter des gants biométriques. Ceux-ci permettront en cas d’accident violent à l’équipe médicale de connaitre directement la fréquence cardiaque du pilote ainsi que son taux d’oxigène dans le sang pour prendre les meilleures décisions médicales à même la piste.

La sécurité s’améliore d’année en année. Mais la formule 1 est et reste un sport dangereux.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK