Canada 1989 : Et Boutsen sema Senna pour remporter sa première victoire

Ce dimanche aurait dû se tenir le Grand Prix de Formule 1 du Canada. L'épreuve, comme d'autres, a été reportée suite au coronavirus. Revivons ensemble l'édition 1989, remportée par le Belge Thierry Boutsen.

18 juin 1989. Alain Prost (McLaren), auteur de la pole position, emmène la meute sur le tracé de Montréal, long de 4.390 kilomètres, à l'assaut des 69 tours. Les conditions météorologiques sont délicates, la pluie est présente, et Ayrton Senna (McLaren) puis Ricardo Patrese (Williams) prennent successivement les commandes de la course. Thierry Boutsen, un des deux Belges engagés ce week-end-là, avec Bertrand Gachot (Onyx-Ford), s'est installé dans l'autre baquet Williams au début de la saison. Il vivote dans le classement... sans savoir le destin étonnant qui l'attend.

>>> LIRE AUSSIGrand Prix de F1 du Canada: Le palmarès, les vidéos

Les conditions sont dantesques au Canada. Il pleut maintenant sans discontinuer sur le circuit Gilles Villeneuve et la piste est noyée sous les trombes d'eau. Les passages aux stands sont multiples et plusieurs pilotes partent à la faute. A force de courage et d'abnégation, Boutsen parvient à accrocher, malgré un double tête-à-queue, la deuxième place provisoire en livrant une belle joute avec son coéquipier Patrese. La première place semble inaccessible, tant Senna domine de la tête et les épaules le Grand Prix. Mais à trois tours de la fin de la course, le sort en décide autrement et l'improbable se produit : la mécanique du pilote brésilien fait défaut et le moteur de sa McLaren rend l'âme. Boutsen se retrouve donc en tête, sans le savoir, et boucle les trois derniers tours en tant que leader.

"Je savais que j'étais à une vingtaine de secondes de Patrese et à une quarantaine de secondes de Senna, mais je ne connaissais pas ma position. Je pensais être 5e, 8e, 10e... je n'en savais rien, on ne me l'indiquait pas à ce moment-là. J'ai fait tout ce que j'ai pu, j'étais au maximum, ce qui m'a valu de me retrouver à 250km/h en marche-arrière dans la ligne droite. Je suis remonté sur Patrese car ma voiture était mieux réglée que la sienne pour les conditions mouillées. Quand je l'ai dépassé, je ne savais toujours pas ma position ! Je ne l'ai su que plus tard, quand Senna a abandonné, ils m'ont montré que j'étais en 1ère position. Je n'en croyais pas mes yeux, c'était incroyable. Ayant attaqué à outrance jusque-là, j'allais devoir rouler très différemment. J'ai donc diminué le rythme pour terminer la course. Cette Williams était fabuleuse à conduire", indiquera le Belge à notre micro après la course.

Boutsen remporte ce jour-là son premier succès dans la catégorie reine du sport automobile, dans un Grand Prix qui n’aura vu que 8 pilotes obtenir un classement. Notre compatriote signe le premier succès d’un pilote belge depuis Jacky Ickx (Nürburgring en 1972), lui qui s'était imposé au Canada en 1969 et 1970. Boutsen gagnera deux autres épreuves dans sa carrière : en Australie (1989) et en Hongrie (1990).

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK