Abu Dhabi 2010 : 4 pilotes pour un titre... Vettel émerge dans ce final stressant

Ce week-end, 17e épreuve de la saison 2020 de Formule 1. Abu Dhabi accueille la dernière manche de l'exercice, perturbé lui aussi par le coronavirus, sur le tracé de Yas Marina, un circuit qui abrite la F1 depuis 2009. L'année suivante, le spectacle y était aussi haletant qu'indécis.

14 novembre 2010. Quatre pilotes pour la couronne mondiale, une indécision totale ! Voilà comment on pourrait résumer le Grand Prix d'Abu Dhabi 2010. En effet, mathématiquement, avant de démarrer les 55 tours de l'épreuve, ils sont quatre à pouvoir rafler la mise : Fernando Alonso (Ferrari), Mark Webber (Red Bull), Lewis Hamilton (McLaren) et Sebastian Vettel (Red Bull). Ce scénario se présente pour la première fois depuis l'instauration du championnat du monde en 1950.

>> LIRE AUSSITurquie 2010 : Vettel harponne Webber, Hamilton pousse Button... Bagarre d'équipiers !

Le jeune pilote allemand, Baby Schum pour les intimes, a réalisé la pole position et garde la tête lorsque la course débute. Il est suivi par Hamilton, Jenson Button (McLaren), Alonso et Webber. Très vite dans ce premier tour, un choc spectaculaire entre l'Allemand Michael Schumacher (Mercedes) et l'Italien Vitantonio Liuzzi (Force India) survient au beau milieu du peloton. Un fait de course qui peut sembler anodin, mais va peser au décompte final. En effet, la voiture de sécurité entre en piste... et plusieurs pilotes s'engouffrent directement pour effectuer un arrêt au stand.

Pas de changement dans le top 5 lorsque la safety car s'efface. Webber s'impatiente derrière Alonso et commet quelques petites fautes. L'Australien, plus proche poursuivant de l'Espagnol au championnat, passe par son stand au 12e tour, optant pour une stratégie d'anticipation. C'est loupé : l'Espagnol ressort devant Webber, mais Alonso est bloqué derrière Vitaly Petrov (Renault), qui a réalisé son pit stop sous le safety car prématuré. Les deux candidats au titre ne parviendront jamais à déborder le Russe.

>> LIRE AUSSIAllemagne 2018 : Enorme boulette de Vettel, remontée phénoménale de Hamilton

En tête, Vettel garde le cap face à Hamilton et Button. Ils franchiront la ligne d'arrivée dans cet ordre, devant Nico Rosberg (Mercedes), Robert Kubica (Renault), Petrov, Alonso et Webber. Pas de troisième sacre pour Alonso... soufflé par Vettel, en larmes, qui était 4e du championnat avant d'arriver à Abu Dhabi. Il n'avait, qui plus est, pas mené une seule fois le général durant la saison. A 23 ans et 134 jours, l'Allemand devient le plus jeune champion du monde de l'histoire de la F1. C'est Red Bull qui empoche le titre des constructeurs.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK