Première pole d'un prototype privé et non hybride en WEC

Rebellion Racing, qui a dominé les qualifications des Quatre Heures de Shanghai samedi, décroche la première pole position pour un prototype privé et non hybride depuis l'arrivée de cette technologie en Championnat du monde d'endurance (WEC) en 2012.

Archi-dominantes avec un record de dix poles consécutives depuis le début de la saison 2018, les Toyota hybrides doivent se contenter des quatrième temps pour la N.7 (Conway/Kobayashi/Lopez) et cinquième pour la N.8 (Buemi/Nakajima/Hartley).

Suite à leurs victoires dans les deux premières courses de la saison, elles s'élancent ralenties par un triple handicap de poids, de puissance et d'utilisation de carburant instauré en 2019-2020 dans le but de favoriser le suspense et de donner leur chance aux écuries privées dans la catégorie reine, le LMP1, face à l'unique constructeur en lice.

Au volant de la Rebellion N.1, l'Américain Gustavo Menezes et le Brésilien Bruno Senna ont signé samedi un chrono moyen de 1 min 45 sec 892/1000, ce qui les place 1 sec 200/1000 devant la Ginetta N.6 (Robertson/Simpson/Smith), 1 sec 217/1000 devant la Ginetta N.5 (King/Hanley/Orudzhev), 1 sec 343/1000 devant la Toyota N.7 et 2 sec 288/1000 devant la N.8.

C'est donc aussi la première fois depuis 2012 que les trois premières places sur la grille de départ sont occupées par des prototypes non hybrides.

Les Quatre Heures de Shanghai sont la troisième manche sur huit au programme du Championnat du monde d'endurance (WEC) cette saison. Le départ sera donné dimanche à 12h00 locales (05h00 françaises/04h00 GMT).

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK