Audi et le WRT en pole pour 17 millièmes aux 24h de Spa

Moteurs: L'Audi R8 numéro 2
Moteurs: L'Audi R8 numéro 2 - © xpbimages.com - XPBCC

> La grille définitive suite aux pénalités

La Superpole attribuant les vingt premières places sur la grille de départ des 24 Heures de Spa s'est terminée par une petite surprise vendredi, Frank Stippler mettant tous les sprinters d'accord au volant de l'Audi R8 LMS n°2. Avec un tour en 2:18.130, le pilote allemand a devancé de peu le Français Kevin Estre (McLaren) tandis que l'Italien Andrea Piccini (Ferrari) complétait le top 3. Les favoris ont donc été battus sur cet exercice très particulier de deux tours chronométrés, Laurens Vanthoor (Audi) se classant en 6e position juste derrière un Maxime Soulet (Bentley) en grande forme, tandis que Maxime Martin (BMW) a dû se contenter du 12e rang.

C'est donc sous la conduite d'une Audi que la meute s'élancera samedi à 16h30 pour deux tours d'horloge qui s'annoncent très disputés. En effet, les voitures et teams de pointe se tiennent de près, comme on a pu s'en apercevoir jeudi lors des qualifications où vingt-quatre équipages se tenaient en une seconde ! Par ailleurs, comme souvent à Spa-Francorchamps, la météo devrait pimenter encore les débats, les averses annoncées pour le week-end devant compliquer encore la tâche des pilotes, renforcer l'importance de la stratégie et augmenter la pression pesant sur les mécanos fort sollicités lors des fréquents changements de pneus.

Duel Audi-BMW

A l'heure du pronostic, deux marques se détachent. Audi a remporté trois des quatre dernières éditions des 24 Heures et dispose avec le WRT et Phoenix Racing de deux formations rompues aux exigences des épreuves de longue haleine. Toutes deux alignent deux exemplaires de la nouvelle R8 LMS, déjà victorieuse des 24 Heures du Nürburgring, confiées notamment aux vainqueurs à Spa en 2014 Laurens Vanthoor-René Rast-Markus Winkelhock et aux doubles champions du monde d'endurance André Lotterer et Marcel Fässler, épaulés par le spécialiste du DTM Mike Rockenfeller. En "réserve", Audi peut toujours compter sur trois R8 LMS Ultra dont un exemplaire est piloté par notre compatriote Fred Vervisch.

Pour Audi, le danger principal viendra de BMW. Lauréat à vingt-et-une reprises à Spa, le constructeur bavarois ne s'y est plus imposé depuis... 1998. L'an dernier, il s'en est fallu de 7 secondes pour qu'une Z4 du team belge Marc VDS l'emporte. C'est encore l'équipe carolorégienne qui porte les principaux espoirs de BMW avec ses menées par Maxime Martin-Augusto Farfus-Dirk Werner et Markus Palttala-Lucas Luhr-Nick Catsburg.

Une victoire belge ?

Pour arbitrer ce duel Audi-BMW, il faut chercher du côté de Bentley qui aligne quatre Continental GT3, Nissan dont une seule GT-R semble toutefois de taille à l'emporter, Mercedes toujours là avec ses SLS et Ferrari qui aligne une brochette de 458 Italia confiées à des équipages un peu hétéroclites et engagés en catégorie Pro-Am.

Outre Laurens Vanthoor et Maxime Martin, plusieurs pilotes belges peuvent revendiquer la victoire. On songe à Maxime Soulet (Bentley), Nico Verdonck (Mercedes), Wolfgang Reip (Nissan) voire Stéphane Lémeret (Ferrari).

Cinquante-sept voitures prendront le départ, samedi à 16h30. Dans ce peloton, on trouvera la BMW Z4 de nos compatriotes Pascal Witmeur, Eric van de Poele, Marc Duez et Jean-Michel Martin qui n'effectuera que quatre relais de ... 24 minutes, sa présence en course étant l'occasion de récolter des fonds pour lutter contre le cancer.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK