24H du Mans 2017 : Toyota sombre, Porsche triomphe

Jusqu'au 14 juin, date à laquelle nous aurions dû connaître les vainqueurs des 24 Heures du Mans 2020, nous vous proposons de découvrir ce dimanche le film officiel de l'édition 2017, la 85ème édition des 24 Heures du Mans.

Après la journée test, les pilotes se retrouvent le week-end précédent la course pour le pesage sur la place de la République, le premier moment important de la semaine mancelle. Porsche est présent le dimanche tandis que Toyota est sous les feux des projecteurs le lundi.

Mercredi, les essais libres ont lieu de 16h à 20h, Toyota se montre le plus rapide et affiche ses prétentions pour les qualifications. Le constructeur nippon confirme dans l'exercice du chrono, Kamui Kobayashi bat le record de la piste en 3min 14s 792.
Il renvoie la deuxième Toyota à plus de deux secondes. Les Porsche s'élanceront de la deuxième ligne. Toyota a frappé un grand coup... en termes de visibilité.

Derniers moments de détente...

Pour les fans, Le Mans, ce n'est pas seulement la course, le double tour d'horloge. Certains rallient la Sarthe plusieurs jours avant le début des 24 Heures. Ils installent leurs tentes dans les campings, retrouvent leurs habitudes, un véritable rituel. Ensuite, il y a le passage obligé par le musée, le rendez-vous incontournable de la parade à travers la ville, le vendredi et les retrouvailles avec les amis que l'on a plus vu depuis un peu moins de douze mois.

Les spectateurs prennent leurs marques comme les commissaires répartis autour des 13.629 mètres du circuit.

Le début de course

Samedi, la tension monte avant le départ. 260000 spectateurs ceinturent le circuit. Sur la piste, c'est la cohue ! Chacun veut immortaliser ce moment particulier. Les 180 pilotes sont sur la grille de départ, les soixante voitures sont rangées en épi, jalousement couvées par les mécanos. Quelques minutes avant quinze heures, les bolides s'élancent pour leur tour de formation puis sont libérés par Chase Carey, le nouveau PDG de la Formule 1.

Ce départ est particulier. Fin octobre 2016, Audi avait annoncé la fin de son engagement en endurance après treize victoires entre 2000 et 2014 afin de se concentrer sur d'autres disciplines, la victoire se résume à un duel Porsche-Toyota. Les conditions météo sont éprouvantes pour les pilotes. Après quelques minutes de course, les premiers incidents se produisent. Devant la bagarre fait rage entre les deux constructeurs officiels engagés. La Toyota n°7 est toujours leader mais la Porsche n°1 est en embuscade. Les postions évoluent au gré des ravitaillements.

Après trois heures de course, la Toyota n°7 précède la 8 d'une trentaine de secondes, la Porsche n°1 suit à cinq secondes. Les écarts restent très faibles.

Les voitures officielles sont toujours dans le même tour. A 18H30, la Porsche n°2 de Bernhard-Hartley-Bamber est immobilisée soixante-cinq minutes dans son garage et voit toutes ses chances de victoire s'envoler. Désormais la lutte semble déséquilibrée avec une seule Porsche face à un solide trio de Toyota. Mais Le Mans est cruel et la victoire n'est jamais acquise avant le drapeau à damiers... le constructeur nippon le sait mieux que quiconque.

 

Alerte rouge chez Toyota

La nuit est tombée sur le circuit. Certains spectateurs envahissent la fête foraine, d'autres assistent au concert mais les fans, les vrais restent en bord de piste et ils ne vont pas être déçus. La première alerte se produit à 22H45 lorsque la Toyota n°8 entre au stand, une inquiétante fumée s'échappe au niveau des roues avant... Elle ne repartira que deux heures plus tard. Au même moment après une période de neutralisation, la Toyota n°7 ne reprend pas de vitesse. Le poleman Kobayashi est au volant. Il regagne le stand au ralenti suite à un problème d'embrayage. Il est 01H00 et la course tourne, une nouvelle fois au cauchemar pour le constructeur japonais maudit dans la Sarthe. La Porsche n°1 occupe la première place avec un tour d'avance sur la Toyota n°9. La Porsche n°2 est 21ème à 18 tours et la Toyota n°8 est 54ème à 29 tours. Trente minutes plus tard, c'est le coup de grâce pour la troisième voiture japonaise percutée par une LMP2. Toyota ne gagnera pas la 85ème édition des 24 Heures du Mans.

Un final inattendu

La nuit a été fatale à Toyota, la matinée va bousculer le clan Porsche. Il est un peu plus de 11H00 quand le leader est au ralenti dans les Hunaudières. La voiture de Lotterer-Jani-Tandy s'arrête définitivement entre la chicane Michelin et Mulsanne. Il est 11H23, la LMP2 du Team Jackie Chan DC Racing n°38 occupe la tête des 24 Heures du Mans. C'est surréaliste. Il reste trois heures à la Porsche n°2 pour revenir sur le leader inattendu de cette 85ème édition. L'improbable remontada de l'équipage Bernhard-Hartley-Bamber se précise. La voiture qui occupait la 56ème place après 3H30 de course s'empare du commandement peu avant d'entamer la dernière heure de course.

La n°1 s'impose avec 74 secondes d'avance sur la LMP2 n°38. Porsche s'offre une 19ème victoire au Mans, la troisième consécutive pour la 919 Hybrid.